2 juin : manifestations contre la loi asile et immigration et en hommage à Clément Méric

jeudi 31 mai 2018
par  Sud éducation Paris
popularité : 7%

Alors que des étudiant.e.s et des personnels administratifs et enseignant.e.s se battent contre la loi ORE et la sélection à l’université, de nombreux.se.s étudiant.e.s étranger.e.s perdent leur titre de séjour durant leur scolarité. Dans tous les cas, l’accès au supérieur est déjà fermé aux exilé.e.s et aux sans-papiers. Pour elles/eux, la sélection et l’exclusion sont déjà des réalités.

La loi ORE ne fait qu’institutionnaliser et renforcer une sélection qui existe déjà de fait. Elle contribue à renforcer la politique d’exclusion des plus pauvres et des plus précaires menée par les gouvernements. La loi sur la sélection à l’université, la loi Asile et immigration et les politiques contre les services publics participent toutes de la même logique.

Par ailleurs, les personnes mobilisées contre la loi ORE ont à plusieurs reprises été la cible d’attaques de groupes d’extrême droite et fascistes
(Grenoble, Strasbourg, Montpellier, Paris IV, le 1er mai..). Ces dernières années, on assiste à la multiplication des ratonnades et des actions contre les militant.e.s mais aussi contre les migrant.e.s à Calais, à Paris, à la frontière italienne…

Alors que la répression s’accentue contre les mouvements sociaux, ça fait des années que les forces de l’ordre pourchassent les migrant.e.s et les sans-papiers qui (sur)vivent en France
.

L’État les trie, les sélectionne puis les expulse en masse. Les gouvernements renforcent toujours plus les contrôles des frontières. La violence avec laquelle cette répression s’exerce est quotidienne. Les migrant.e.s sont régulièrement gazé.e.s et pourchassé.e.s aux frontières de la ville. Pour rappel le mois dernier un sans-papier, Ismail Bocardhé a été tué par la police en région parisienne, alors qu’il essayait d’échapper à un contrôle.

Hier, mercredi 30 mai, un millier de migrant.e.s ont été évacué.e.s du campement le « Millenaire » situé dans le nord-est parisien, et le gouvernement annonce l’évacuation imminente des campements de porte de la Chapelle et du canal Saint-Martin.

La loi Asile et immigration, présentée au Sénat la semaine du 2 juin, renforce l’arsenal de répression et de contrôle social de l’État sur les migrant.e.s. Elle prévoie de prolonger l’enfermement arbitraire des sans-papiers de 45 a 90 jours et raccourcit les délais de recours sur la plupart des procédures. La loi prévoit également de systématiser la déportations des migrant.e.s dublinés – c’est à dire les migrant.e.s dont les empreintes ont été récoltées, souvent de force, dans un autre pays que la France.

Pour les migrant.e.s comme pour les étudiant.e.s, c’est la même logique de sélections, d’exclusions, de tris, d’expulsion et de répression !

Nous appelons donc à soutenir et rejoindre les deux manifestations parisiennes du 2 juin :

  • 12h : Rendez vous à Gambetta pour rejoindre la manifestation du weekend antifasciste de lutte et d’hommage à Clément Méric qui se rend à République.
  • 14h : Rendez vous à République pour rejoindre la manifestation contre la loi Asile et immigration.

Stop aux logiques néolibérales et liberticides ! Affirmons la solidarité et l’accueil de tou.te.s ! Régularisation de tou.te.s les sans-papiers ! S’éduquer, se soigner, circuler ne sont pas des libertés à négocier !

Face au tri et à l’enfermement, face aux expulsions, liberté de circulation et d’installation.


Annonces

Solidarité


PNG

PNG