Pas de tri sélectif dans l’école de la République

mercredi 12 juin 2019
par  Sud éducation Paris
popularité : 2%

Tribune publiée dans Libération mercredi 12 juin

L’école est une chose trop grave pour la confier au seul ministre de l’Education nationale. Elle est un bien commun. Que nous ayons des enfants ou pas, elle nous concerne. Elle est de ces enjeux cruciaux pour ce qui fait une société : la transmission, la lutte contre les injustices sociales, l’émancipation des êtres en devenir, l’aspiration à l’égalité. Bien sûr, elle ne saurait à elle seule faire face aux iniquités qui structurent notre monde et, sournoisement, s’érigent en système. Mais elle occupe, pour y résister, une place essentielle, celle qui rend possible pensée critique et action sur le monde.

Le projet de loi Blanquer suscite depuis des mois l’indignation et l’opposition des enseignantes et enseignants. Nous avons entendu leur cri d’alarme et leur appel : « La guerre est déclarée à tous les cancres de Prévert et autres Tistou les pouces verts. » Et nous leur répondons : oui, nous les soutenons, comme des milliers de parents d’élèves le font déjà. Cela nous paraît déterminant, surtout quand on voit se multiplier les sanctions et les atteintes à leur liberté d’expression. L’assignation à l’exemplarité martelée par l’article 1 du projet est une façon de jeter la suspicion sur le corps enseignant. Loin de la « confiance » ressassée comme un sésame par le ministre de l’Education, c’est plutôt une méfiance qui leur est adressée. Il y est question de ne pas critiquer l’institution. Pourtant, cette capacité critique est nécessaire pour ne pas accepter le monde tel qu’il est et tel qu’il va, pour ne pas ingérer sans broncher les « réformes » comme si elles allaient de soi. A Dijon, une enseignante a été convoquée pour avoir expliqué dans une lettre son opposition à Emmanuel Macron. A Lodève, un enseignant a reçu une admonestation pour avoir pointé du doigt la suppression de directrices et directeurs d’école avec le projet de loi. Au Havre, une directrice d’école a été blâmée et mutée pour avoir critiqué la réforme en écrivant aux parents. Beaucoup d’autres ont reçu des courriers de mise en garde contre l’expression de leur contestation. Ce n’est rien de moins qu’une mise au pas. « Rappel à l’ordre », disent les sanctions : il s’agit bien de cela. Rappel à un ordre contestable, qui trop souvent nous enjoint de nous taire et d’accepter sans autre forme de procès.

Cette nouvelle « réforme » repose, de la maternelle au lycée, sur une application du libéralisme économique à l’éducation. En imposant la scolarité dès l’âge de 3 ans, le projet oblige les communes à financer les écoles privées. C’est inacceptable quand les services publics sont de plus en plus attaqués. Le ministre nous dit que l’école inclusive sera la norme. Mais comment l’imaginer possible quand la réforme prévoit la mutualisation de leurs accompagnants entre plusieurs élèves en situation de handicap dans les classes ? Dès la maternelle, des établissements publics internationaux viendront concurrencer les « établissements des savoirs fondamentaux ». Un tri social sera alors organisé à l’entrée de l’école. A tous les niveaux, tandis que l’on supprime des postes et que des classes sont fermées, des assistantes et assistants d’éducation pourront enseigner pour faire face à la pénurie de moyens humains, sans formation et avec des salaires au rabais. Et, comme on le sait, les drapeaux imposés dans toutes les salles de classe ne sauront être les garants d’un « liberté, égalité, fraternité » bien abîmé. Ou peut-être serviront-ils à masquer des murs de classe bien défraîchis ? Mesures-masques, rustines et rafistolages…

Au lycée, le projet de loi exige que les élèves choisissent au plus vite des « spécialités » : mais dans beaucoup d’établissements, certaines d’entre elles n’existent pas, tout simplement. Voilà qui va encore accentuer les inégalités. Le baccalauréat en portera la marque : avec le contrôle continu et les formules à la carte, il n’aura plus la même valeur ici et là. Dans ce prolongement, à l’université désormais, Parcoursup impose une sélection drastique, répand l’anxiété et l’exclusion parmi les jeunes et dans leurs familles, d’abord parmi les moins dotées. Nous savons bien que, en l’état actuel, il y a déjà des « délits d’initiés » - dans le choix des établissements scolaires, dans l’orientation et les filières. Il ne s’agit pas de s’arc-bouter sur l’existant ni de s’y agripper désespérément. Mais le projet de loi en creuse encore les inégalités. Plus encore, il les érige en principe.

Le tri sélectif, c’est sans doute bien pour l’environnement ; mais c’est une catastrophe démocratique pour l’enseignement. Nous en avons assez de ce monde marchand, de la mise en concurrence et de la compétitivité, dont les critères et les fausses valeurs entendent s’imposer partout, à la façon d’un rouleau compresseur. Il y a urgence à résister. C’est pourquoi nous disons ici notre pleine solidarité aux enseignantes et enseignants qui déploient depuis des mois une mobilisation constructive et opiniâtre contre ce projet de loi, pour une école émancipatrice. Une société plus juste et plus humaine, soucieuse d’égalité, se doterait sans conteste d’autres piliers que la sélection et la compétition. C’est à cette société que nous aspirons ; c’est à cette société que nous voulons travailler.

Signataires :

Etienne Balibar (philosophe), Ludivine Bantigny (historienne), Dominique Cabrera (cinéaste), Patrick Chamoiseau (écrivain), Laurence De Cock (historienne), Annie Ernaux (écrivaine), Mathilde Larrère (historienne), Philippe Mangeot (militant associatif), Guillaume Mazeau (historien), Gérard Mordillat (écrivain), Anna Mouglalis (actrice), Gérard Noiriel (historien), Antoine Peillon (journaliste), Joël Pommerat (auteur et metteur en scène), Thomas Porcher (économiste), Denis Robert (journaliste et écrivain), Pierre Schoeller (cinéaste), Barbara Stiegler (philosophe), Bertrand Tavernier (cinéaste), Sophie Wahnich (historienne).

Pour alimenter la caisse de grève : Bloquonsblanquer.fr/caissesdegreve


Annonces

Solidarité


PNG

PNG