En grève ! - 26 janvier 2020

dimanche 26 janvier 2020
par  Sud éducation Paris
popularité : 1%

La grève est vivante !
La semaine écoulée a donné lieu à une multitude d’actions et de rassemblements. Vendredi nous étions de nouveaux très nombreuses-eux en grève et dans la rue : la colère et la détermination sont bien là !

Une nouvelle semaine de grève et de mobilisation s’annonce : l’intersyndicale interprofessionnelle appelle à "une journée massive de grève et de manifestations interprofessionnelles" mercredi 29 janvier et "à poursuivre le renforcement et l’élargissement de la mobilisation en multipliant les initiatives les jeudi et vendredi qui suivent notamment avec des retraites aux flambeaux, des dépôts d’outils de travail, des assemblées générales, des initiatives en direction de la population".

Vendredi le Conseil d’État a rendu public son avis sur ce projet de casse des retraites : les promesses de Blanquer auxquelles personne ne croyait sont balayées et le rapport met en évidence le caractère bâclé du projet s’agissant de la transformation d’un élément central du modèle social français, en particulier :
- l’absence d’éléments chiffrés stables, confirmée par l’étude d’impact qui indique un âge pivot (ou d’équilibre) à 65 ans et une décote possiblement plus importante ;
- les engagements vis à vis du corps enseignant qui n’ont pas vocation à y être présent et ne peuvent être garantis ;
- la masse des ordonnances sur tous les éléments qui concernent la transition pour les personnes actuellement au travail et dont la retraite sera transformée dans le nouveau système ;
- l’avis stipule même que « Le projet de loi ne crée pas un "régime universel de retraite" qui serait caractérisé, comme tout régime de sécurité sociale, par un ensemble constitué d’une population éligible unique, de règles uniformes et d’une caisse unique ».

On continue...
Toute la semaine des rendez-vous sont prévus dans les secteurs présents dans la lutte depuis le 5 décembre : à la Mairie de Paris, à la Culture, dans les transports...

Dans l’éducation et dans l’enseignement supérieur la lutte contre la retraite par point converge avec d’autres combats contre la politique autoritaire du ministère et la dégradation de nos conditions de travail et des conditions d’apprentissage des élèves : évaluations nationales en CP, E3C du Bac Blanquer, loi de programmation de la recherche, précarité.

Dès lundi, réunissons-nous en AG pour discuter de la grève et des actions locales à mener cette semaine. Mercredi 29 janvier, soyons massivement en grève et dans la rue !

... jusqu’au retrait !

AGENDA

Lundi 27/01
- AG des précaires de l’ESR à 18h à l’ENS 45 rue d’ULM 75005
- AG interpro 20e à 18h à la FASTI 58 rue des Amandiers 75020
- Réunion du comité 11e pour l’extension de la grève à 18h30 au Rosmarino 174 bd Voltaire 75011

Mardi 28/01
- Assemblée générale des agent.es de la Ville de Paris à 10h à la Mairie du 4e arrondissement
- AG éduc 13e le midi (lieu à préciser)
- AG éduc 19e à 15h30 au TDTF 43 Rue Cavendish
- AG éduc 18e à 16h, 5 rue de Torcy
- AG Paris 1 site Tolbiac à 17h
- Rassemblement interpro 20e à 18h30 devant la mairie d’arrondissement à l’occasion des vœux de la Maire

Mercredi 29/01
Journée de grève et manifestation interprofessionnelle
Manifestation interprofessionnelle (lieu et heure à venir)
- AG interpro place de la Nation à 10h

Jeudi 30/01
Journée d’action et de grève interprofessionnelle
- Réunion publique 13e à 18h au 13 Rue Fagon

Vendredi 31/01
Journée d’action et de grève interprofessionnelle
- ApéroBBQ et DjSet en soutien à la caisse de grève des AED et AP à partir de 18h à l’EHESS 96 bd Raspail 75006
- Soirée de soutien à la caisse de grève du 12e à partir de 19h au café La commune d’Aligre, 3 rue d’Aligre 75012

Les RDV dans le 93 : http://solidaires93.org/index.php/2020/01/14/tous-les-rendez-vous-dans-le-93-pendant-la-greve/

ÉDUCATION & UNIVERSITÉS

Pour nos retraites, on continue jusqu’au retrait Tract de SUD éducation
https://www.sudeducation.org/Pour-nos-retraites-on-continue-jusqu-au-retrait.html

La farce continue : le Conseil d’État désavoue Blanquer sur les retraites des enseignant-e-s Communiqué de SUD éducation
https://www.sudeducation.org/La-farce-continue-le-Conseil-d-Etat-desavoue-Blanquer-sur-les-retraites-des.html

Retraites : pour les femmes, une régression Tract de SUD éducation
https://www.sudeducation.org/Retraites-pour-les-femmes-une-regression-9038.html

Blocages par répartition extraits du Communiqué de l’AG interdegré des grévistes du 19e et 20e
À Paris, après les collèges Colette Besson vendredi 10 janvier, Robert Doisneau lundi 13, Jean-Baptiste Clément mardi 14, le collège Gambetta mercredi 15, les collèges Pierre Mendès France , Guillaume Budé jeudi 16, le collège Jean Perrin vendredi 17, le s collèges Lucie Faure et Edouard Pailleron lundi 20 janvier, le collège Françoise Dolto mardi 21 et le collège Claude Chappe le 22, les collèges Henri Matisse et Flora Tristan, c’est aux collèges Clémenceau, Marie Curie et Charles Péguy et Oeben qu’ont eu lieu quatre blocages le vendredi 24 janvier.
[...]
17 piquets de grève bloquants depuis le 10 décembre qui engendrent d’autres blocages imminents et entraînent les collègues dans une grève reconductible, visible, offensive et efficace. Nous dénonçons la volonté du ministère de minimiser la mobilisation générale des personnels enseignants contre la réforme des retraites depuis le 5 décembre 2019. Alors que le contexte n’a jamais été aussi conflictuel : 350 000 manifestants dans la rue aujourd’hui à Paris ! M. Blanquer affirme, sans scrupules, que 99, 9 % des enseignant.e.s approuvent la réforme des retraites. Nous tenons à clamer haut et fort notre opposition à ce projet régressif. Nous affirmons qu’en refusant la fermeture des établissements bloqués pour des questions de sécurité, le rectorat et les directions se rendent complices du gouvernement qui tend à minimiser un mouvement enseignant qui se structure, s’amplifie et s’organise. Aujourd’hui, alors que le projet a été présenté en conseil des ministres, nous appelons l’ensemble des personnels à poursuivre une grève efficace afin de participer activement à ces actions bloquantes.
Nous exigeons le retrait de ce projet de contre-réforme des retraites !

[Le collège Marx Dormoy 18e a également été bloqué le 16 janvier]

En lutte ! Bulletin de mobilisation de SUD éducation du 25 janvier 2020
https://www.sudeducation.org/En-lutte-25-janvier-2020.html

Tableau partagé pour recenser les écoles en grève dans le 1er degré : https://lite.framacalc.org/Xgo0tTQ2jY

Tableau partagé pour recenser les grévistes dans le 2nd degré :
https://lite.framacalc.org/mobilisation-retraites-dans-le-secondaire-

Intentions de grève pour les enseignant-es du 1er degré

Modèle de déclaration individuelle d’intention de participer à une grève - période 3 - Sud éducation Paris
Modèle de déclaration individuelle d’intention de participer à une grève - période 3 - Intersyndicale

Universités

La mobilisation dans les universités et la recherche s’amplifie avec à ce jour en France 37 établissements, 67 labos, 6 INSPE, 6 collectifs de précaires, 58 revues et 32 séminaires engagés. Les cortèges étaient encore plus denses lors de la manifestation du 24 janvier. L’AG du personnel de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a reconduit la grève, plusieurs UFR sont en grève et/ou organisent des conférences de lutte. L’AG du personnel de l’Université Paris 3 Sorbonne nouvelle a voté à 123 voix pour en faveur de journées portes ouvertes sous le signe de la mobilisation, avec information des lycéen.ne.s, des étudiant.e.s et de leurs familles sur les attaques portées au service public d’enseignement supérieur et de recherche et au système des retraites. Dans le cadre des débats en cours sur les modalités d’action, Sud éducation appelle à la grève (et la couvre par ses préavis), signifiant, comme partout ailleurs, l’arrêt du travail, c’est-à-dire des activités administratives, éditoriales, d’enseignement et de recherche (arrêt des cours, des examens, des jurys, rétention des notes, arrêt des activités d’évaluation, des publications et des événements scientifiques...) de façon à libérer du temps pour organiser manifestations et actions et à mettre en difficulté nos tutelles, incapables de faire fonctionner sans nous le service public d’enseignement supérieur et de recherche.

Vœux de l’intersyndicale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
https://www.sudeducation.org/Voeux-de-l-intersyndicale-de-l-Enseignement-superieur-et-de-la-Recherche.html

Université Ouverte - Facs et labos en lutte pour une recherche et un enseignement publics, gratuits et émancipateurs pour tou·tes
https://universiteouverte.org/

INTERPRO PUBLIC/PRIVÉ

Nos mobilisations seront victorieuses ! Communiqué de l’intersyndicale
https://solidaires.org/Nos-mobilisations-seront-victorieuses

Communiqué intersyndical Fonction publique du 24 janvier
https://solidaires.org/Communique-intersyndical-Fonction-publique-du-24-janvier

Projet de loi retraites le système de retraite de la fonction publique liquidé par le fonds Tract de Solidaires Fonction publique
https://solidaires.org/Projet-de-loi-retraites-le-systeme-de-retraite-de-la-fonction-publique-liquide

Projet de loi retraites : même le Conseil d’État désavoue le gouvernement Communiqué de Solidaires
https://solidaires.org/Projet-de-loi-retraites-meme-le-Conseil-d-Etat-desavoue-le-gouvernement

Cartographie des mouvements sociaux
Nous, Géographes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
- ne nous résignons pas face à la casse du service public de l’enseignement et de la recherche, constante et organisée depuis ces 20 dernières années.
- ne cautionnons pas le climat de compétition et de concurrence orchestré dans la recherche et l’enseignement.
- attendons une recherche et un enseignement au service de l’intérêt public et du bien commun.
- sommes en désaccord avec la Réforme des retraites, la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, l’appauvrissement général du service public et l’exploitation des travailleurs et travailleuses, dans tous les secteurs.
En conséquence, nous Géographes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, avons décidé de mettre à disposition des mouvements sociaux en cours et à venir en France, nos compétences pour les mettre en carte et les porter à la connaissance du plus grand nombre.
Soutenez-nous ! Soutenez les mouvements !
Aidez-nous à alimenter cette carte :
https://geographesesr.github.io/cartographie-des-mouvements-sociaux/

Du 26 janvier… jusqu’à la victoire, bulletin des luttes n°50
https://solidaires.org/Du-26-janvier-jusqu-a-la-victoire-bulletin-des-luttes-no-50

Nouveaux visuels Solidaires (semaine du 26 au 31 janvier)
https://solidaires.org/Nouveaux-visuels-Solidaires-dont-pour-le-29-janvier

Ville de Paris

Mardi 28 janvier AG centrale à 10h à la mairie du 4e arrondissement
https://paris.demosphere.net/rv/77755

Culture

Lundi 27 janvier Assemblée générale des précaires de la Culture à 19h au CICP 21 ter rue Voltaire 75011
La précarité tue ! Le chômage tue ! Récemment, un jeune étudiant s’est immolé en s’aspergeant d’essence. Il a écrit sur son compte Facebook : « J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué, en créant des incertitudes sur l’avenir de tou·te·s… »
Le chômage tuerait entre 10 000 et 20 000 personnes chaque année et aurait des conséquences dramatiques sur la santé, selon une estimation de Pierre Meneton, auteur d’une étude sur la santé des chômeur·euse·s pour l’Institut français pour la santé et la recherche médicale.
Les étudiant·e·s sont les premier·ère·s touché·e·s par les réformes de Macron. En généralisant le travail précaire et en restreignant peu à peu l’accès à l’assurance chômage, le gouvernement crée depuis des années les conditions qui nous conduiront à accepter n’importe quel boulot pour n’importe quelles conditions. Le contexte de mobilisation de la réforme des retraites est l’occasion de mettre à l’ordre du jour la question de la précarité, de discuter de nos conditions de travail et d’élaborer nos propres revendications. Nous ne voulons pas seulement une retraite, nous voulons aussi une vie digne dès maintenant. Précaires du secteur de la culture, travaillant en bibliothèque ou dans les musées ou autres lieux culturels ; vacataires, contractuel·le·s ou employé·e·s de la sous-traitance, rassemblons-nous et discutons en AG.
precairedelaculture@gmail.com

Mardi 28 janvier 3e AG inter-bibliothèques à 18h à l’Université Paris 8 - Saint Denis

Actions passées : blocage de la BNF jeudi dernier, rassemblement des vacataires des musées de Paris devant l’Hôtel de ville samedi après-midi.

Radio de la grève

http://acentrale.org/

Caisses de grève

- Caisses de grève dans l’éducation : http://sudeducation75.org/article1318.html
- Caisses de grève interpro ou d’autres secteurs : https://solidaires.org/Caisses-de-greves

ANTIRÉPRESSION

Collectif de parents mobilisés contre les violences policières au lycée Hélène Boucher
Paris, 20 janvier 2020

Vendredi 17 janvier, les violences policières à l’encontre des élèves du lycée Hélène Boucher, Paris 20e, ont été particulièrement graves.
Comme dans de nombreux autres lycées parisiens, les élèves expriment leurs inquiétudes et leurs revendications en organisant des blocus. Ce n’est pas nouveau. Et si les élèves du lycée Hélène Boucher sont mobilisé-e-s, ils sont aussi calmes et pacifiques.
Appelées à chaque blocus, les forces de l’ordre ont employé des moyens injustifiées et totalement disproportionnées. Coups de matraque aux jambes sur les doigts, coups de poing au visage, gazage à moins d’un mètre… ont entraîné doigts abîmés, entorses, hématomes, gonflements au visage.
Loin d’assurer la sécurité de tou-te-s, les forces de l’ordre ont mis en danger l’intégrité physique des lycéen-ne-s. Au moins un policier armé de LBD intervenait vendredi et dans un contexte de grandes tensions sociales, nous craignons le pire.
De nombreux parents dont des parents FCPE ont décidé de se mobiliser pour exprimer leur consternation, leurs craintes et pour s’opposer à ces violences policières.
Nous demandons à ce que la direction du lycée Hélène Boucher ne fasse plus appel à la police lors des blocus ou manifestations lycéennes et cesse d’exercer sur les lycéens des pressions en faisant peser sur eux, et leur avenir, la menace de sanctions administratives.
La répression policière et les sanctions ne peuvent constituer une réponse aux inquiétudes grandissantes des lycéens.
STOP AUX VIOLENCES POLICIÈRES AU LYCÉE HÉLÈNE BOUCHER !

Coordination antirépression
07 52 95 71 11 / stoprepression@riseup.net
Comme chaque mardi depuis avril 2016, nous nous réunissons à la Bourse du travail de 18h30 à 21h. Notre réunion hebdomadaire a pour objectif de renforcer les solidarités et les soutiens contre la répression et les violences, dans les quartiers et les manifs.
Lieu habituel : Bourse du travail de Paris


Annonces

Pratique







PNG