Covid-19 : que dois-je faire ?

dimanche 15 mars 2020
par  Sud éducation Paris
popularité : 60%

Suite à la décision annoncée par Emmanuel Macron de fermer les écoles et les établissements scolaires à partir du lundi 16 mars, de nombreuses questions demeurent sans réponse : quoi qu’en dise le ministre, cette situation n’avait pas été réellement anticipée et les personnels se retrouvent à se débrouiller avec les moyens du bord alors même que pendant une semaine aucune mesure de protection particulière n’a été mise en place malgré la prévisibilité de la propagation exponentielle du virus. Depuis cette allocution présidentielle, les discours médiatiques et les conférences de presse se sont succédé, mais nous n’avons toujours reçu aucune consigne académique écrite allant dans le sens de protection des personnels. Dans de nombreux établissements et circonscriptions, les consignes données ont même été en totale contradiction avec le discours officiel puisqu’il était demandé à tous les personnels, sauf exceptions, de se rendre au travail.

Pour SUD éducation Paris, il est clair que seules les personnes dont la présence est indispensable au bon fonctionnement du service public d’éducation doivent se rendre dans leur école ou leur établissement. Pour les autres, cela doit se faire sur la base du volontariat et après une discussion d’équipe.

En l’attente de consignes écrites claires, SUD éducation Paris recommande d’appliquer les consignes qui figurent ci-dessous. SUD éducation Paris a par ailleurs transmis au Rectorat de nombreuses questions visant à encadrer au mieux le travail des personnels qui se rendraient disponibles pour accueillir et prendre en charge les enfants de personnels soignants.

Covid-19 : que dois-je faire ?

J’ai reçu une consigne écrite de mon IEN ou de mon chef d’établissement...

...mais j’ai un ou plusieurs enfants de moins de 16 ans
=> je ne vais pas travailler : je préviens mon supérieur hiérarchique et je peux lui envoyer un courrier électronique pour lui demander une autorisation d’absence, qui sera forcément acceptée (voir modèle ci-dessous)

...mais je vis avec une personne vulnérable, que j’ai peur de contaminer :
=> je ne vais pas travailler : je préviens mon supérieur hiérarchique et je peux lui envoyer un courrier électronique pour lui demander une autorisation d’absence (voir modèle ci-dessous). Je peux également aller voir le médecin traitant de mon proche afin d’obtenir un certificat à l’appui de ma demande.

...mais je suis moi-même vulnérable :
=> je ne vais pas travailler : je préviens mon supérieur hiérarchique et je peux lui envoyer un courrier électronique pour lui demander une autorisation d’absence (voir modèle ci-dessous). Je peux envoyer un certificat de mon médecin traitant à l’appui de cette demande.

□ Monsieur l’Inspecteur d’académie sous couvert de l’IEN [enseignant-es, personnels administratifs techniques et médico-sociaux, AESH du 1er degré]
□ Monsieur le Recteur sous couvert du chef d’établissement [enseignant-es, personnels administratifs techniques et médico-sociaux, AESH, AED du 2nd degré]

Madame / Monsieur,

Je vous adresse par la présente lettre une demande d’autorisation d’absence à compter de ce jour et jusqu’à la réouverture des écoles et établissements scolaires de l’académie de Paris.

Ma demande est motivée par plusieurs éléments dont (à adapter selon cas de chacun·e) :

- J’ai … enfant(s) de moins de 16 ans pour lesquels je n’ai aucun mode de garde à part moi-même

- Je suis atteint·e d’une pathologie qui me rend particulièrement vulnérable face au coronavirus

- Je vis avec une personne particulièrement vulnérable au coronavirus et je veux limiter tout risque de le lui transmettre

- Je m’occupe d’un·e ascendant·e âgé·e qui, en raison des dernières consignes sanitaires données par le chef de l’État, a besoin d’une assistance quotidienne. Je ne peux me permettre de transmettre le coronavirus à cette personne.

La présence de tous·tes les personnels d’éducation n’étant pas nécessaire dans la configuration actuelle où seul·es les enfants des personnes exerçant un métier listé dans la fiche « Covid garde d’enfants » publiée le 13 mars par le ministère de la santé pourront bénéficier d’un accueil à l’école, je vous demande donc d’autoriser cette absence.

Je vous de croire, Madame, Monsieur,en ma parfaite considération et en mon attachement au service public.

...mais je ne suis pas indispensable au fonctionnement de l’école ou de l’établissement et/ou je dois prendre les transports en commun pour venir :
=> je ne vais pas travailler : je préviens mon supérieur hiérarchique et je peux exercer mon droit de retrait.

« Madame / Monsieur,
Je vous alerte ce lundi 16 mars 2020, estimant avoir un motif raisonnable de penser que ma situation de travail représente un danger grave et imminent pour ma santé et ma vie en raison du virus Covid-19, en raison du risque sanitaire qu’il représente et de l’anxiété liée à l’exposition à ce risque.
Par conséquent, je fais usage de mon droit de retrait.
Du fait même du danger, je vous alerte sans me déplacer sur mon lieu de travail.
Le premier ministre, Édouard Philippe, a indiqué samedi 14 mars 2020 qu’il s’agissait « impérativement de limiter les déplacements, les réunions, les contacts » et que « cela s’applique dans les administrations qui doivent dès lundi et pour les prochaines semaines organiser une action massive du télétravail pour permettre au plus grand nombre de rester à domicile. »

Je souhaite aller travailler et je ne vais mettre personne en danger en me déplaçant…

=> je préviens l’équipe de mon école ou de mon établissement pour nourrir la réflexion : mieux vaut une solution collective qui convienne à toutes et tous qu’une décision imposée par le ou la supérieur.e hiérarchique.


Annonces

Pratique







PNG