1er degré : mouvement intradépartemental 2020

lundi 27 avril 2020
par  Sud éducation Paris
popularité : 1%

La circulaire et un guide définissant les modalités du mouvement intra-départemental du premier degré pour la rentrée 2020-2021 sont parus. Le serveur académique sera ouvert du 27 avril à midi au 11 mai à midi et une adresse est à privilégier pour les communications avec l’administration : mvt1degre@ac-paris.fr.

Circulaire mouvement intradépartemental 1er degré 2020
Guide du mouvement intradépartemental 1er degré 2020

Ce mouvement se fait dans les circonstances exceptionnelles que vous connaissez et que nous vivons toutes et tous.

Pour le calcul de votre barème, certain-e-s d’entre vous auront des pièces à joindre, par courrier ou par mail, et vue la situation, les envois ne sont pas à l’abri des problèmes de connexions ou d’acheminement du courrier. Ce calcul peut être contesté en adressant un mail à l’adresse ci-dessus entre le 22 mai et le 5 juin.

Les résultats du mouvement seront communiqués le 30 juin. Si vous n’avez pas eu satisfaction, vous avez un délai de deux mois pour adresser un recours (soit si vous n’avez pas obtenu un poste demandé ou si vous avez obtenu un poste que vous n’auriez pas demandé) pour lequel vous pouvez faire appel à un syndicat (il faut le mentionner au moment du recours). A fortiori, il est peu probable que l’administration envisage des recours 2 mois après le 30 juin, soit le 30 août, au risque de défaire tout le mouvement à la veille de la rentrée scolaire ; il semble donc important de ne pas attendre et de formuler votre recours au plus tôt.

Pour toute contestation de barème ou recours sur le résultat de votre mouvement, n’hésitez pas à mettre le syndicat SUD éducation Paris en copie de vos envois afin que nous puissions soutenir et suivre votre situation !

Vous pouvez aussi nous contacter pour toute question relative à votre mouvement à l’adresse contact@sudeducation75.org

Cette année le mouvement va également être totalement bouleversé suite à la mise en œuvre de la loi dite de “transformation de la fonction publique” dans l’Éducation nationale. Cette loi, adoptée en août 2019, modifie en profondeur la loi n°84-16 portant dispositions statutaires de la Fonction Publique de l’État. En d’autres termes, elle modifie profondément notre statut et s’attaque frontalement à nos droits et à notre mobilité professionnelle.

À partir du mouvement 2020 le gouvernement a fait en sorte de supprimer tous les groupes de travail et commissions dans lesquels siégeaient les élu-es du personnel. De plus, dans le cas du mouvement 1er degré, nous ne sommes plus destinataires des documents de travail de l’administration. Concrètement cela signifie qu’il faudra faire aveuglément confiance à l’administration pour : vérifier les barèmes, corriger toutes les erreurs et affecter les personnels en fonction de leurs vœux et barèmes. En cas de litige ou de doute, il n’y aura aucun moyen de vérifier la conformité des affectations.

Ainsi, sous couvert de simplification, le ministère vide les CAP (Commissions Académiques Paritaires) de leur substance en leur retirant leurs compétences. Le contrôle par les organisations syndicales garantissait un niveau minimal de transparence des mutations. Avec le nouveau système, les passe-droits, erreurs, manques d’informations aux personnels sont amenés à se multiplier. Ce qui se profile, c’est un fiasco des mutations cette année scolaire et les suivantes, à l’image de ce qu’a donné le mouvement intra dans le premier degré ces dernières années.

Enfin, le nouveau système prévoit une augmentation importante du nombre de postes à profils recrutés par le DASEN (postes des directions d’école en REP+, des enseignant-es en section internationale, des ERUN, des professeur-es ressources en ASH). Cela constitue un renforcement du pouvoir de la hiérarchie qui est pour nous inacceptable.

Il ne s’agit pas pour Sud éducation Paris d’idéaliser un paritarisme dont on connaît les limites et les dérives, notamment la cogestion et le clientélisme que pratiquent certaines organisations syndicales. Mais derrière les compétences des CAP, ce sont bien les droits de toutes et tous à la mobilité qui sont menacés. En effet, en vidant les CAP de leurs compétences, il s’agit pour le ministre de faire sauter les verrous en ce qui concerne un certain nombre de droits collectifs, et de renforcer la gestion managériale des carrières.

Courrier intersyndical au DASEN concernant les postes à profil

"Par conséquent, les organisations syndicales SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE-UNSA et SUD éducation vous demandent de bien vouloir annuler le recrutement par le biais d’entretien pour ces postes."

Courrier IS postes à profil 19 avril 2020

Annonces

Pratique







PNG