Rentrée du 2 novembre : mission impossible

samedi 31 octobre 2020
par  Sud éducation Paris
popularité : 2%

Des informations contradictoires ont circulé dans la presse depuis 2 semaines concernant la rentrée. À moins de 2 jours de la reprise, il était temps d’avoir des informations claires. Malheureusement ces informations ne sont absolument pas rassurantes et nos pires craintes sont confirmées : le protocole sanitaire n’est pas du tout renforcé, les classes ne seront pas dédoublées, les emplois du temps ne pourront pas être refaits et la désinfection des locaux ne pourra pas être plus régulière car aucun recrutement de personnels techniques n’est prévu.

Voir aussi

- Communiqués et analyses de SUD éducation suite aux annonces de Macron et Blanquer
- Fiche pratique RSST, RDGI, droit d’alerte et droit de retrait
- Préavis de grève et modèle de déclaration d’intention de grève
- Personnel vulnérable, cas contact, présence de symptômes : vos droits
- Le point sur les masques DIM
- Pour un plan d’urgence pour l’éducation

Dans la perspective d’une réunion extraordinaire avec la direction académique, que SUD éducation Paris avait demandée à l’académie, nous avions transmis une liste de questions que vous pouvez retrouver dans notre boîte à outils. Voici les informations que nous avons pu recueillir.

Rentrée du 2 novembre

Tous·tes les élèves seront accueilli·es dans les écoles, collèges et lycées à partir de 8h et selon l’emploi du temps habituel.
Tous·tes les élèves qui dépendent de l’enseignement supérieur mais qui sont d’habitude présent·es dans les lycées (élèves de CPGE, de BTS, etc.) seront accueilli·es dans les mêmes conditions que les lycéen·nes.

La minute de silence aura lieu à 11h mais ne sera donc précédé d’aucun temps d’échange entre les personnels... et aucun temps n’est banalisé pour permettre une organisation des écoles et des établissements dans les nouvelles conditions sanitaires.
Dans son mail aux personnels, Jean-Michel Blanquer ne mentionne aucune adaptation possible concernant l’organisation de la minute de silence et de la lecture de la lettre de Jean Jaurès aux instituteurs et aux institutrices.
Le directeur de l’académie reconnaît cependant qu’une minute de silence n’a pas de sens pour les enfants les plus jeunes et que la lecture de la lettre de Jean Jaurès n’est pas non plus adaptée à tous·tes les élèves. Il fait donc confiance au bon sens des personnels d’éducation.

Mesures sanitaires

La formation des enseignant·es est suspendue en présentiel mais sera organisée en distanciel plus tard.
Les visites des inspecteurs·trices continuent mais à un rythme « raisonnable ».
Les sorties et voyages scolaires sont annulés jusqu’à la fin du confinement.

Les stages de 3e sont pour l’instant reportés.
Les PFMP sont reportés ou maintenus en fonction de la situation de l’entreprise chargée d’accueillir les élèves.

Mesures de sécurité

Une instruction conjointe du Préfet de Police, du Recteur et du Procureur parviendra dans les prochains jours aux chef·fes d’établissement et aux directeurs·trices d’école. Cette instruction prévoira l’organisation d’un nouvel exercice PPMS, le renforcement des mesures de sécurité autour de certains établissements et la demande d’une remontée systématique des informations préoccupantes.

Personnels vulnérables

Le décret du 29 août 2020 a été suspendu par le Conseil d’État donc les critères de vulnérabilité sont ceux qui figurent dans le décret du 5 mai 2020.
La direction de l’académie indique cependant qu’un nouveau texte pourrait paraître avec de nouveaux critères de vulnérabilité. C’est pour cette raison qu’aucune information n’est parvenue aux personnels...
En l’attente de ce nouveau texte plus restrictif, nous appelons les collègues concernés par le décret du 5 mai 2020 à le faire savoir à leur supérieur·e hiérarchique pour mettre en place un travail à distance ou être placé·es en autorisation d’absence.

Temps de préparation et de concertation

Aucun. Rien. La direction de l’académie dit cependant que ce temps de concertation peut tout à fait avoir lieu en dehors des horaires de service...
Nous encourageons donc les personnels à se réunir dès lundi pour imposer des mesures adaptées à la réalité, permettant de protéger les personnels et les élèves et décider des moyens d’action à adopter, à commencer par la grève.
Nous avons déposé un préavis de grève couvrant tous les personnels durant toute de la période. En ce qui concerne les enseignant·es du premier degré, nous les appelons à déposer dès à présent leurs déclarations d’intention de grève auprès de leur IEN.

Organisation du travail

Pour les personnels IATSS, tout ce qui peut être fait à distance pourra être autorisé à être fait à distance, sous réserve que ces personnels aient reçu le matériel informatique adéquat et sous réserve des nécessités de service.
La part des fonctions « télétravaillables » sera déterminée par les chef·fes de service.

Pour les autres personnels, aucun aménagement n’est pour l’instant à l’ordre du jour... Mais la direction de l’académie évoque la possibilité d’un aménagement local des horaires et de l’accueil des élèves, si cette organisation est validée par l’académie.

Contaminations et information

SUD éducation Paris a demandé à ce qu’un état des lieux des contaminations et des cas contacts soit rendu public régulièrement.

Matériel de protection

Les personnels seront toujours équipé·es de masques en tissu, mais il ne s’agira plus de masques de marque DIM (qui ont été retirés de la circulation) mais de masques de marque Corele, qui ne contiennent pas de zéolithe d’argent.
Ces masques ont été mis à disposition avant les vacances scolaires.

Les familles devront fournir elles-mêmes des masques à leurs enfants. N’ont été livrés dans les écoles et les établissements que des masques de « dépannage ».
SUD éducation Paris a souligné que, contrairement aux propos tenus par Jean-Michel Blanquer, les familles n’étaient pas équipées et devaient donc s’équiper en l’espace d’un week-end confiné de masques pédiatriques.

Aménagement des locaux scolaires

Le Rectorat doit tenir une réunion hebdomadaire avec la Dasco. Tous les problèmes liés au nettoyage ou à l’aménagement des locaux doivent donc être signalés aux Caspe, aux circonscriptions et aux directions des établissements scolaires.
SUD éducation Paris a d’ores et déjà signalé que, faute de recrutement de personnels dans les écoles et les établissements, il semble totalement impossible de procéder à une désinfection des locaux plusieurs fois par jour, comme le prévoit le nouveau protocole sanitaire.

Transports

SUD éducation Paris a demandé quels seraient les moyens mis en œuvre pour permettre aux personnels ne pas à la fois subir et participer à l’encombrement des
transports en commun, notamment en matière de facilités de stationnement, de primes à l’achat de vélo, de remboursements d’abonnements...


Annonces

Pratique