État des mobilisations depuis le 2 novembre

mardi 3 novembre 2020
par  Sud éducation Paris
popularité : 2%

État des lieux des mobilisations [dernière mise à jour : jeudi 5 novembre]

Liste non exhaustive mise à jour en fonction des informations qui nous parviennent.
Pour nous informer des mobilisations dans votre établissement ou votre école, contactez-nous.

3e

Cité scolaire Victor Hugo Remplissage du RSST et transmission au DASEN.

4e

Cité scolaire Charlemagne Accord sur les effectifs restreints

5e

Cité scolaire Lavoisier - Mardi 3 nov. : motion au CA votée AG dénonçant les conditions sanitaires et l’absence de concertation avant l’hommage à Samuel Paty.

Motion au CA - Cité scolaire Lavoisier

7e

Cité scolaire Duruy - Mardi 3 nov. : vote en AG de se mettre en grève lundi 9 nov. si d’ici cette date, la direction ne généralisait pas le travail en demi-groupe, sans imposer dans le même temps des cours en distanciel.

10e

Lycée Colbert - Mardi 3 nov. : blocus des lycéen-nes et violences policières, verbalisations.

Communiqué de presse de la communauté éducative du lycée Colbert

Lycée Siegfried Accord sur les effectifs restreints

11e

Collège Alain Fournier
- Jeudi 5 novembre : plusieurs collègues en droit de retrait

Lycée Turquetil
- Jeudi 5 novembre : blocage du lycée

Cité scolaire Voltaire
- Grève votée lundi 2 nov. et reconduite mardi 3 suite au refus du rectorat d’accorder les dédoublements. 26 grévistes lundi après-midi.
Adoption en AG d’une motion envoyée au rectorat (cf PDF).
Courrier transmis aux représentants des parents d’élèves pour les informer de la situation.
- 25 grévistes mardi matin. Le rectorat a refusé la mise en place de dédoublements malgré la demande du chef d’établissement.
Vote massif de la grève pour jeudi 5 nov. si leur revendication n’est pas satisfaite (cf motion en PDF).
- Blocage des élèves jeudi 5 novembre.

Courrier au Rectorat des personnels du lycée Voltaire
Motion des personnels du lycée Voltaire

12e

CS Paul Valéry - Jeudi 5 nov. : blocage des élèves, réprimé par la police

Lycée Arago Accord sur les effectifs restreints

Collège Jules Verne - Jeudi 5 nov. Grève

13e

Lycée Jean Lurçat - Jeudi 5 nov. : Grève votée sur les deux sites à 46 voix sur 51 présent·es.

Courrier des grévistes de Jean Lurcat 5-11

18e

Collège Aimé Césaire AG et inscription dans le RSST
Collège Hector Berlioz lundi 2 nov. personnels en grève

19e

Cité scolaire Bergson-Jacquard
- Débrayage et AG de 8h à 10h lundi 2 nov.
Un courrier a été transmis au rectorat pour demander une organisation en 1/2 groupes à partir de lundi prochain. Il est proposé aux parents et sera présenté comme motion aux CA de mardi et jeudi. 1/2 journée banalisée vendredi après-midi, obtenue avant les vacances.

- Blocage des élèves mardi 3 novembre
- Motion des personnels de la cité scolaire Bergson-Jacquard jeudi 5 novembre
Ce matin, des policiers sont entrés dans l’établissement pour demander que leur soient fournies les coordonnées d’un élève, afin de dresser une contravention pour non port du masque. La direction a accédé à leur demande.
Nous exprimons notre profond désaccord avec cette décision.
Celle-ci advient dans un contexte où les forces de police sont présentes devant l’établissement depuis deux jours, pour, selon nos informations, empêcher la mise en place d’un blocus. La tension est d’autant plus vive, qu’il est désormais interdit aux lycéens et étudiants de sortir sur le trottoir lors des récréations. Plusieurs témoignages d’adultes et de lycéens font état d’une attitude provocatrice de certains policiers, ce qui ne peut participer à établir un climat serein aux abords de l’établissement.
Il est scandaleux que le recours aux forces de polices soit banalisé comme c’est le cas dans notre établissement, instituant ainsi une gestion sécuritaire des problèmes avec les élèves. Depuis le mois de septembre des alertes ont été lancées sur les difficultés à faire appliquer les gestes barrières, la seule réponse qui est apportée aujourd’hui est de laisser gérer ce problème par la police. C’est inadmissible.
Nous demandons donc à la direction de l’établissement de renoncer à faire intervenir les forces de l’ordre de cette manière à l’avenir.

Maternelle 58 Archereau - 2 enseignantes en droit de retrait mardi 3 nov.

Collège Guillaume Budé - Jeudi 5 nov. : 27 enseignant·es grévistes sur 34, sans compter les absent·es.

Lycée d’Alembert vendredi 6 novembre, plusieurs droits de retrait exercés.

Courrier des personnels de l’école 58 rue Archereau au DASEN et à la DASCO
Communiqué des personnels du collège Guillaume Budé en grève 5 novembre

20e

Cité scolaire Maurice Ravel - AG lundi, deux motions : demande de mise en place d’une organisation en demi-groupes et grève à partir de mardi 3 nov. à 8h.
AG des grévistes mardi 10h.
AG mercredi 4 nov. à 12h sur HMI afin de faire le point en fonction de la réponse ou non-réponse du rectorat.

Les enseignants réunis en Assemblée générale ce lundi midi ont adopté deux motions :

Motion 1
L’Assemblée générale des personnels de la cité scolaire Maurice Ravel demande à ce que les cours soient allégés sous la forme de demi-groupes, selon des modalités qui restent à définir collectivement.
Motion adoptée à l’unanimité des 53 collègues présents.

Motion 2
Compte-tenu des conditions d’enseignement en cette rentrée, l’Assemblée générale des personnels de la cité scolaire Maurice Ravel décide de se mettre en grève demain mardi 3 novembre à partir de 8h. Une nouvelle assemblée générale aura lieu à 10h.
Pour : 24 Contre : 1 Abstention : 27


Protection sanitaire : soutien aux grèves des personnels et aux blocus des élèves ! Non à la répression policière !

Ce mardi 3 novembre plusieurs lycées parisiens ont été bloqués par les élèves, protestant contre les non mesures de protection sanitaire prises par le ministère de l’éducation nationale.

Devant certains lycées, la police est intervenue pour déloger les élèves et débloquer l’entrée à grand renfort de gaz lacrymogène et de coups de matraques comme au lycée Colbert.

Communiqué de soutien aux grévistes pour la protection sanitaire
cliquez sur l’image pour télécharger le pdf

Des personnels ont décidé la grève. D’autres sont en droit de retrait. De nombreuses assemblées générales se sont tenues depuis la rentrée. SUD éducation Paris apporte son soutien à toutes les initiatives prises pour imposer des mesures sanitaires garantissant la sécurité des personnels, des élèves et de leurs familles, notamment par la mise en place de dédoublements.

SUD éducation Paris condamne fermement l’intervention de la police contre des lycéen·nes qui exercent leur droit de réunion et d’expression.

SUD éducation Paris appelle à renforcer la mobilisation : assemblées générales, débrayages, grève (notamment ce jeudi 5 novembre)... et apporte son soutien aux collègues qui exercent leur droit d’alerte et leur droit de retrait.

D’ores et déjà dans plusieurs établissements parisiens et d’Ile de France, des collègues ont décidé de se mettre en grève jeudi 5 novembre.

SUD éducation Paris appelle l’ensemble des personnels à rejoindre ce mouvement de grève et à se réunir en assemblée générale pour construire la mobilisation et exiger la mise en place de mesures de protection sanitaires réellement efficaces.


Les dédoublements doivent être mis en œuvre maintenant  !

Aujourd’hui les personnels ont été confrontés à la désorganisation de l’Éducation nationale.

Les personnels ont d’abord imposé localement le maintien du dispositif initial des deux heures de préparation de l’hommage à Samuel Paty.

Les dédoublements doivent être mis en œuvre maintenant  !
cliquez sur l’image pour télécharger le pdf

Dans les écoles et les établissements, les personnels se sont ensuite trouvés confrontés à un protocole sanitaire indigent, complètement en décalage avec la réalité du terrain d’une part, et la gravité de la crise sanitaire d’autre part.

Les remontées de terrain de SUD éducation sont claires : partout les personnels se sont organisés. Assemblées générales, débrayages, grève : il s’agit d’obtenir par le rapport de force les dédoublements de classe, une mesure prévue par les services ministériels et que le gouvernement refuse par idéologie.

Pour SUD éducation, l’objectif est de garder les écoles et établissements ouverts le plus longtemps possible. Le seul moyen immédiat pour cela en minimisant les risques sanitaires et qui fasse sens au plan pédagogique, ce sont les dédoublements.

SUD éducation revendique, une fois cette mesure prise, le recrutement massif de personnels titulaires par l’ouverture des listes complémentaires ainsi que la titularisation à temps-plein de toutes et tous les contractuel-les (enseignant-e-s et AESH notamment).

Pour SUD éducation, le ministre Blanquer doit cesser immédiatement de prendre des mesures qui ne sont pas à la hauteur de l’enjeu et mettre en œuvre à l’échelle du territoire entier la baisse des effectifs.


Annonces

Pratique