Compte-rendu du GT AESH du 20 novembre 2020

vendredi 20 novembre 2020
par  Sud éducation Paris
popularité : 3%

Vendredi 20 novembre 2020 un Groupe de travail académique AESH s’est réuni (à distance). En voici le compte-rendu de SUD éducation Paris :

Étaient présent·es pour l’administration : M. Hosatte, DRH de l’Académie de Paris ; Mme Bauer, BACA ; M. Fontaine, CT ASH ; M. Debats, IEN ASH 3.

Situation sanitaire

Matériel de protection pour les AESH
Le rectorat a rappelé que des masques de type grand public pour les AESH ont été livrés dans toutes les écoles et établissements de l’académie. Si des problèmes persistent il faut faire remonter la situation au service d’accompagnement des AESH.
Concernant le matériel spécifique de protection (visières, gants, surblouses, masques inclusifs) le recensement des besoins a été fait par le Service de l’école inclusive. Des visières ont été commandées par le rectorat. Les demandes doivent être faite auprès du service chargemission-ctash@ac-paris.fr.

Notre communiqué sur la question.

Tenue des ESS en distanciel suite à la situation sanitaire : les AESH doivent être prioritaires pour participer aux ESS en présentiel si elles·ils le souhaitent.

Personnels vulnérables, cas contact : notre fiche pratique

Projet revalorisation salariale des AESH

La grille ministérielle de salaire en vigueur comprend 8 indices de référence.

La circulaire Cadre de gestion du 5 juin 2019 prévoit un ré-examen de la rémunération des AESH tous les 3 ans dans la limite de 6 points d’indice majoré (IM). Cette revalorisation se fait sur la base de l’entretien professionnel. En 2020 les entretiens professionnels n’ont pas pu se tenir. Le rectorat propose que les agents ne soient pas pénalisé·es, et propose donc un réexamen de la revalorisation des AESH en fonction des critères d’ancienneté. Le projet sera soumis lors du prochain Comité technique académique. Un avenant au contrat sera nécessaire pour formaliser le changement d’indice (qui sera rétro-actif en fonction des situations).

Ces revalorisations prévues sont largement insuffisantes et ne permettront toujours pas aux AESH de vivre dans des conditions décentes. SUD éducation Paris revendique un vrai salaire pour les AESH à hauteur de 1 700 euros.

Un courrier intersyndical sur la question de la revalorisation salariale a été envoyé le 19 novembre 2020 au Ministre de l’éducation nationale.

Indemnité compensatrice de la CSG
Le décret est sorti fin octobre, le BACA attend les consignes techniques pour mettre en place le rattrapage. Celui-ci sera rétro-actif pour les agents qui étaient CDD au 1er janvier 2018.

Prime REP / REP+
30 à 35 % des AESH de l’académie de Paris travaillent en éducation prioritaire. SUD éducation Paris a lancé une campagne nationale pour revendiquer le versement de la prime REP et REP+ aux AESH et AED. Nous appelons chaque collègue travaillant en éducation prioritaire à envoyer massivement un courrier de réclamation à leur administration. Cette première demande permettra ensuite d’entamer des recours auprès du Tribunal administratif.

Gestion des AESH et prise en compte comme membre de la communauté éducative

Nous avons rappelé quelques chiffres issus de notre enquête en ligne sur les conditions de rentrée des AESH :
- 40 % des collègues n’ont pas été invité·es à la pré-rentrée ;
- 49 % n’ont reçu aucune information sur le fonctionnement de l’école ou de l’établissement dans lequel elles·ils travaillent ;
- 36 % déclarent n’avoir eu ni casier, ni code de la photocopieuses, ni clés des toilettes pour adultes.
- Seul·es 34 % des accompagnant·es qui ont répondu à l’enquête disent se sentir faire pleinement partie des équipes éducatives. Les conditions d’exploitation salariale (salaire, temps de travail) ne font que renforcer ce sentiment.
- L’accès aux informations et documents nécessaires à l’accompagnement n’est toujours pas respecté puisque seulement 16 % des collègues ont eu accès aux GEVASCO de l’ensemble des élèves accompagné·es.
- Les réunions de présentation entre les AESH, les élèves, leur famille et les équipes pédagogiques n’ont eu lieu que dans 13 % des cas.

À l’heure actuelle, il y a 3 110 AESH dans l’académie de Paris. À la rentrée, 139 AESH ont démissionné avant la rentrée ou n’ont pas renouvelé leur contrat. Il y a eu 401 nouvelles embauches dans l’académie entre fin août et le 13 novembre. Les recrutements se poursuivent à distance. Des contrats de type étudiant ou second employeur ont été mis en place. Nous avons rappelé notre opposition à l’existence de ce type de contrats qui, au-delà d’offrir des garanties salariales amputées, représentent pas en arrière sur la question de la reconnaissance du métier d’accompagnant·es des élèves en situation de handicap puisqu’il peut être exercé, selon le rectorat de Paris, comme une activité annexe.

La cellule d’accompagnement des AESH (accompagnement-aesh@ac-paris.fr) a été renforcée ces dernières semaines pour être plus réactive. Nous sommes également intervenu·es sur le manque d’informations faites aux collègues concernant les réorganisations dans l’académie (généralisation des PIAL, disparition des 5 pôles de gestion, mise en place du Service de l’école inclusive...). Ces changements profonds de la structure du travail ont pourtant une incidence sur les conditions de travail des accompagnant·es.

Heures connexes
Nous sommes intervenu·es sur l’utilisation des heures connexes afin de rappeler que celles-ci ne pouvaient pas être lissées sur 36 semaines comme le pratiquent certain·es pilotes de PIAL. Cela contrevient aux instructions ministérielles sur l’utilisation des heures connexes. C’est par ailleurs un dévoiement de leur utilisation : elles peuvent être utilisées aussi bien pour les réunions (concertation, conseils de classe, conseils d’école...) que pour les tâches de préparation, pour la formation, pour les échanges avec les équipes pédagogiques, etc.

Formation

La formation initiale n’est pas engagée pour 700 AESH recruté·es depuis le mois de mars dernier. Le rectorat espère pouvoir la reprendre en janvier. Certains modules seront proposés à distance.
Nous avons réitéré notre revendication de l’organisation d’une majeure partie de la formation initiale en amont de la prise de poste, comme cela est indiqué dans la circulaire de gestion du 05-06-2019 : « Les AESH non titulaires d’un diplôme professionnel dans le domaine de l’aide à la personne doivent bénéficier, au plus tard à la fin du premier trimestre de l’année scolaire, voire si possible, avant la prise de fonction, d’une formation d’adaptation à l’emploi de 60 heures, comprise dans leur temps de travail.  ». Le rectorat s’y déclare favorable mais soulève des problèmes d’organisation pour l’instant.

Nous avons également demandé à ce qu’une information plus claire soit faite concernant le Plan Académique de Formation et qu’un certain nombre de formations soient ouvertes aux accompagnant·es.


Annonces

Pratique