Suivi de la situation sanitaire

dimanche 28 mars 2021
par  Sud éducation Paris
popularité : 3%

Dans cet article retrouvez toutes les informations concernant la situation sanitaire dans l’académie de Paris. Tous les jeudis un point est fait par l’académie lors d’un groupe de travail avec les organisations syndicales.

Dernières mises à jour : Motions d’écoles 30/03 ; Communiqué suite aux annonces de Blanquer du 26/03 ; Motion de l’école élémentaire Clignancourt ; CR du GT suivi covid du 25/03 ; alerte sociale des organisations syndicales ;

Notre 4 pages sur le droit d’alerte et le droit de retrait face à la situation sanitaire

FAQ Covid 19 de SUD éducation Paris

Face à la crise sanitaire, SUD éducation exige des mesures d’urgence !

Motions d’écoles et établissements

Courrier collège Aimé Césaire (18e) 30-03-2021
Motion EP Tourelles (20e) 29-03-2021
Motion EE Jean Jaurès (19e) 29-03-2021
Motion EM Duployé (18e) 20-03-2021

— 

Annonces de Blanquer : l’heure est à l’action

Communiqué de SUD éducation du 26 mars 2021

Communqiué Annonces de Blanquer 2021-03-26
Cliquez sur l’image pour ouvrir le pdf

— 

Motion de l’école élémentaire 61 rue de Clignancourt

Les enseignant·es de l’école 61 rue de Clignancourt, syndiqué·es et non syndiqué·es, réuni·es en ce 25 mars 2021, constatent que 12 élèves et 4 adultes (3 enseignantes en 5 jours et 1 AESH) sont positif·ves au virus de la COVID 19, ce qui entraîne un nombre important de cas contacts au sein de l’école. Ces chiffres ne cessent d’augmenter depuis le lundi 15 mars, ce qui risque à terme d’entraîner une fermeture de l’école.

Motion EE 61 Clignancourt

— 

Compte-rendu du GT suivi de la situation sanitaire organisé par l’Académie, jeudi 25 mars 2021

L’académie admet que tous les indicateurs montrent que la situation se détériore.

1. accueil des élèves

Dans les lycées, c’est l’accueil se fait par demi-jauge, il y a donc entre 50 % et 70 % des élèves qui sont accueillis dans chaque établissement.

En collège, l’académie n’envisage pas de passer à la demi-jauge et est en attente de directives ministérielles.

Dans les écoles, bien qu’ayant déjà recrutés 20 contractuels, l’académie n’est pas en mesure d’assurer le remplacement des 231 enseignant.es en éviction et 131 en ASA. C’est pourquoi elle a décidé de « reporter » les formations CAPPEI et demandent aux stagiaires de faire des remplacements. Les personnels RASED avaient déjà destinataires d’une demande de l’académie d’abandonner la remédiation en petit groupe pour effectuer des remplacements. Dans plusieurs écoles, les enseignant.es (chargé.es de classes et RASED) se sont réunis pour parler de l’importance des suivis et annoncer aux IEN qu’ils et elles ne souhaitaient pas les arrêter.

Il a été redit qu’il fallait demander aux parents de garder les élèves chez eux s’il n’y avait pas de remplaçant.e.

Tant qu’il y a des élèves, des enseignant.es, du nettoyage, on ne ferme pas d’école. Il faut maintenir les écoles ouvertes en gardant les conditions sanitaires nécessaires.

La politique de l’académie est donc sans ambiguïté.

Même si les écoles doivent rester ouvertes le plus longtemps possible, cela ne doit pas se faire à n’importe quel prix et les conditions sanitaires dans les écoles ne sont pas adaptées à la circulation actuelle du virus, très actives et notamment chez les enfants de moins de 10 ans.

C’est également de la responsabilité de l’académie de respecter le protocole sanitaire en fermant classe ou école dès qu’un cluster est repéré, sans attendre pendant des jours, les réponses de l’ARS.

2. Tests

En ce qui concerne les tests salivaires, 14 écoles avaient été sélectionnées pour avoir des tests tous les 15 jours. C’est toujours d’actualité sauf pour les 2 écoles qui ont demandé à arrêter.

Étaient aussi prévus des tests toutes les 4 à 6 semaines dans un autre groupe d’école. L’académie a décider d’arrêter ces tests pour se concentrer sur les clusters. Actuellement, il y a un délai de 3 jours entre la déclaration d’un cluster et la campagne de tests salivaires.

3. Piscine

Le retour à la piscine des élèves ne semblent poser de problèmes ni à l’académie ni au syndicat des professeurs d’EPS qui s’en réjouit…

Le directeur d’académie a fini par dire que les PE qui ne souhaiteraient pas aller à la piscine avec leurs élèves, n’avaient pas d’obligation.

Encore une fois, les réponses ne sont pas à la hauteur de la situation catastrophique que connaît l’académie.

— 

Alerte sociale intersyndicale 1er degré à l’attention du DASEN

"L’Île-de-France fait toujours face à une circulation du virus très intense et malheureusement meurtrière. Même le Ministre a reconnu dans les medias le 19 mars que le taux d’incidence dans les écoles était supérieur au taux d’incidence national. Les hôpitaux franciliens sont toujours en grande tension. Les choix faits par le gouvernement placent les personnels et les familles dans des situations
ubuesques voire dangereuses dans certains cas. Trop, c’est trop !"

Lire la suite :

Alerte sociale du 24 mars 2021

— 

Situation sanitaire dans l’éducation : il y a urgence !

Communiqué de SUD éducation Paris du 23 mars 2021

Situation sanitaire : il y a urgence
Cliquez sur l’image pour télécharger le pdf

— 

Courrier des enseignant-es spécialisé-es du RASED de la 17B

Courrier des enseignant-es du RASED de la 17B

— 

Tests salivaires payants : Blanquer sabote les campagnes de tests

"Aujourd’hui, la presse indique que le ministre Blanquer prévoit que les tests salivaires seront payants pour les personnels et les élèves majeur-e-s. Un reste à charge d’un euro leur sera en effet appliqué pour chaque test."

Lire la suite du communiqué

— 

SUD éducation écrit au Conseil scientifique

Jeudi 18 mars, SUD éducation a écrit aux membres du Conseil scientifique concernant le contexte épidémique et garanties pour les personnels éducatifs.

Lire le courrier

— 

Un nouveau point sur la situation sanitaire a été organisé ce jeudi 18 mars par l’académie

1. Indicateurs de circulation du virus

Au 17 mars, selon les estimations de l’académie il y a :
1 035 cas positifs (contre 572 la semaine dernière) ;
2 575 cas contacts (contre 1 544 la semaine dernière) ;
124 classes fermées (contre 31 la semaine dernière).

Le taux d’incidence est de 350 pour 100 000. Le taux de positivité de 6,5.

2. Dépistage

Cette semaine 4 200 tests salivaires ont été effectués dans 19 écoles. La semaine prochaine, l’académie prévoit de faire 7 700 tests dans les écoles.

Cette semaine également, 1 500 tests antigéniques ont été réalisés dans 7 lycées et 4 collèges.

En cas de cluster c’est l’AP-HP qui viendra faire des tests, en espérant que ce soit plus rapidement que cette semaine.

Concernant les familles qui n’auraient pas de numéro de sécurité sociale, suite à notre courrier au DASEN (voir ci-dessous), une nouvelle procédure doit être transmise dans les écoles et les établissements afin que les élèves concerné-es ne soient plus exclu-es des campagnes de tests.

3. Continuité pédagogique dans les lycées

La moitié des lycées parisiens sont en 100% présentiel tandis que l’autre moitié assure une partie des enseignements en distanciel.

Nous nous inquiétons des annonces faites par certain-es chef-fes d’établissements de retour en 100% présentiel alors que la situation sanitaire se dégrade fortement.

4. Remplacements dans le 1er degré

Dans le 1er degré, ce jour 132 enseignant-es sont en isolement et 130 en ASA. Le rectorat affirme remplacer 60% des enseignant-es en isolement.

18 contractuels ont été recruté-es.

5. Matériel

Nous n’avons toujours eu aucune information claire et précise quand à la date exacte de livraison des nouveaux masques dans les circonscriptions et établissements.

— 

Courrier de SUD éducation Paris au DASEN concernant les modalités d’organisation des tests salivaires

Monsieur le Dasen,
Vous avez adressé un courrier, que vous trouverez pour rappel en PJ, aux directeurs et directrices d’école pour aider à l’organisation des prélèvements pour le dépistage des tests salivaires. Dans ce courrier majoré le 4 mars, il est précisé qu’il faut "demander les copies des cartes vitales ou des attestations de sécurité sociale ou du responsable légal ayant droits".
Or, lors du GT du jeudi 11 mars sur la situation sanitaire, lorsque la question de la nécessité ou pas d’être assuré.e social.e pour bénéficier d’un test salivaire, vous avez répondu qu’il n’est pas obligatoire d’avoir un numéro de sécurité sociale et donc une carte vitale pour bénéficier d’un test.

[...]

Courrier au DASEN 17-03-2021
Cliquez sur l’image pour télécharger le pdf

— 

Courrier de SUD éducation cité scolaire Maurice Ravel sur la situation sanitaire au 15 mars 2021

Taux d’incidence à Paris la semaine dernière : 396 pour 100 000
Taux d’incidence au lycée Ravel cette semaine quasi 2000 pour 100 000. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir lancé des alertes depuis 2 mois.

La situation sanitaire qui s’est brutalement aggravée au sein de l’établissement deux semaines après la rentrée appelle plusieurs remarques.

La première est qu’il n’est pas possible de ne pas faire un bilan de la décision qui a été prise en février de revenir en classes entières en terminale. Douze jours après la rentrée du mois de mars, la fermeture de trois classes (dont deux classes de terminale) est un échec. Dans ce contexte, nous tenons à rappeler en tant que syndicalistes que notre employeur a un devoir de protection vis-à-vis des personnels. La santé au travail n’est pas une affaire individuelle mais de responsabilité collective à commencer par celle de l’employeur. Il n’est pas possible de renvoyer chacun à une logique individuelle – chacun avec son masque – en répétant à qui veut l’entendre qu’on n’attrape pas la Covid dans l’établissement. Au niveau des confédération, des démarches ont commencé à être entreprises afin de faire reconnaître l’infection par Covid-19 comme maladie professionnelle. Ce sera à l’employeur de rendre des comptes.

La deuxième concerne la question des tests. Que l’on fasse une première série de tests dans l’établissement un an après le début du premier confinement est juste stupéfiant. Mais les modalités annoncées pour jeudi ne sont pas moins étonnantes. Le choix de tests antigéniques est un choix sans doute bon marché mais dont la fiabilité est toute relative (on estime en général que 30 % des cas positifs ne sont pas repérés). Le volontariat sans mettre en place une véritable organisation à l’échelle de l’établissement et sans se donner les moyens de tester massivement le maximum de personnes pose un autre problème : introduire un biais majeur qui rend la compréhension du résultat global des plus hasardeuse. Au volontariat et dans les conditions actuelles, ce sont les plus concernés, les plus consciencieux et donc ceux qui se mettent spontanément le moins en danger qui éventuellement iront se faire tester. La photographie ne pourra qu’en être très largement déformée.

Le résultat attendu il est vrai est assez cohérent : maintenir le mythe d’une épidémie qui ne concernerait au final que peu de monde à l’école et relèverait avant tout des individus et de leur respect des gestes barrières, en dédouanant autant que faire se peut l’employeur de ses responsabilités alors qu’il nous impose des conditions de travail que nous n’avons pas choisies et que nous avons dénoncées à chaque fois, notamment lors du retour en classes entières des élèves de terminale. Ce mythe est bien celui du dédouanement mais il ne tiendra pas indéfiniment.

— 

Un nouveau point sur la situation sanitaire a été organisé ce jeudi 11 mars par l’académie

1. Indicateurs de circulation du virus

L’académie s’inquiète de l’augmentation du nombre de cas positifs, de cas contacts et de classe fermées.

Depuis une semaine, le nombre de cas avérés positifs a doublé (élèves et personnels) tandis que le nombre de cas contacts a triplé. À ce jour 31 classes sont fermées (écoles, collèges, lycées).

2. Dépistage

Cette semaine 2 436 tests salivaires ont été effectués dans 10 écoles. La semaine prochaine, l’académie prévoit de faire 4 800 tests dans 21 écoles. C’est largement insuffisant, cela représente seulement 3% des élèves.

L’académie rappelle qu’il n’est pas obligatoire d’avoir un numéro de sécurité sociale et donc une carte vitale pour bénéficier d’un test.

Tou-tes les adultes et les élèves majeur-es se verront prélever un montant de 1 euro par test.

3. Remplacements dans le 1er degré

4 professeur·es des écoles contractuel·les ont encore été recruté·es. Ces recrutements ne permettent néanmoins pas d’assurer les remplacements sur les congés courts.

L’académie envisage de signer une convention avec la mairie de Paris pour permettre à des animateurs-trices d’assurer un service d’accueil sur temps scolaire et périscolaire dans le cas où l’ensemble des enseignant-es d’une école seraient en isolement. C’est le retour des E3C.

4. Matériel

Des masques sont arrivés au rectorat et sont en cours de distribution.

5. Organisation pédagogique

Le rectorat a lancé une enquête pour savoir quels étaient les modes d’organisation (cours en présentiel ou en distanciel) dans les lycées. Les résultats ne sont pas encore connus... Le changement de mode d’organisation se discute entre le/la chef-fe d’établissement et la DASEN en charge des lycées, sans passer par un vote au conseil d’administration !

— 

Suivi de la situation sanitaire : le point suite au groupe de travail de l’académie du 4 mars

Ce jeudi 4 mars, l’académie a renoué avec l’habitude qu’elle avait prise pendant le confinement de tenir un groupe de travail hebdomadaire sur la situation sanitaire.
Voici les principales informations que nous avons pu obtenir.

1. Indicateurs de circulation du virus

Le directeur d’académie a réaffirmé la position officielle de l’académie : préserver la santé des élèves et des personnels tout en gardant ouverts les écoles et les collèges, certains lycées accueillant seulement une partie des élèves.

C’est la cellule Covid du Rectorat qui enregistre les chiffres pour l’académie mais ils sont souvent beaucoup moins fiables que les chiffres de l’ARS.
Quoi qu’il en soit, il n’y a pas d’explosion, même si ce n’est pas forcément représentatif de ce qui se passe en IDF en ce moment.

2. Dépistage

Les tests réalisés sont des tests antigéniques, proposés dans 5 à 7 établissements par semaine.
Les premiers tests salivaires seront réalisés dans les écoles élémentaires Récollets et Daumesnil dès vendredi 5 mars.
Par ailleurs, 12 "écoles sentinelles" seront testées tous les 15 jours.
15 à 30 écoles seront quant à elles testées toutes les 4 à 6 semaines pour effectuer un suivi moins serré.
Enfin, des tests seront réalisés lors de l’apparition d’un cluster.

De 5 000 tests par semaine au départ, l’académie devrait monter à 8 000.

Ces tests salivaires seront réalisés par des médiateurs et médiatrices recruté·es pour 3 mois par Pôle Emploi ou par la fac de médecine mais des animateurs et animatrices de Ville de Paris pourraient aussi être mis·es à contribution.

Une partie de ces médiateurs et médiatrices servira à assister les directeurs et directrices pour la partie administrative.

La protection des données sera discutée avec l’ARS et un guide pour les écoles dans lesquelles seront réalisés des tests sera diffusé.

3. Vaccination

Le Rectorat n’a aucune information pour l’instant...

4. Contractuel·les AED et enseignant·es

Les contrats qui ont été signés jusqu’aux vacances de février pourront être prolongés et de nouveaux contrats seront proposés (pour 3 moins, jusqu’à fin mai).
Pour les professeur·es des écoles, 9 contractuel·les ont déjà été recruté·es sur les 18 possibles.
Pour les AED, 53 recrutements sont prévus.

5. Capteurs CO2

Une vingtaine vont être expérimentés par la mairie.

6. Matériel

Dans les écoles, le gel et le savon sont fournis par la Mairie.
Il faut signaler s’il manque du gel, des masques ou autres par un courrier à l’IEN qui fera remonter au rectorat qui en parlera à la mairie.

Un réassort de plusieurs milliers de masques lavables est prévu dès le jeudi 4 mars.


Annonces

Pratique