Retrait du projet de gestion centralisée du remplacement dans l’Académie de Paris !

mardi 29 juin 2021
par  Sud éducation Paris
popularité : 3%

Rassemblement à l’appel de l’intersyndicale parisienne du 1er degré jeudi 1er juillet à 18h devant le rectorat de Paris, 12 bd d’Indochine 75019

Appel rassemblement intersyndical jeudi 1er juillet

L’académie a annoncé, pour la rentrée prochaine, la fusion des BD-école (personnels remplaçant·es affecté·es administrativement dans une école et qui assurent plutôt des remplacements courts dans une circonscription) et des BD-circo (personnels remplaçant·es affecté·es administrativement dans une circonscription et qui assurent plutôt des remplacements longs dans toute l’académie). Cette fusion annoncée serait justifiée par un taux de remplacement académique inférieur au taux national. Une centralisation de remplacement serait ainsi plus efficace, nous dit-on.

Pour SUD éducation Paris, cette fusion détériorerait sans aucun doute les conditions de travail des enseignant·es remplaçant·es mais aurait aussi un impact négatif sur le fonctionnement de toutes les écoles.

Une pétition intersyndicale à laquelle s’associe SUD éducation Paris a été lancée pour que la direction de l’académie revienne sur sa décision et crée enfin des postes à la hauteur des besoins.

N’hésitez pas à faire signer cette pétition largement en version papier (voir ci-dessous) ou directement en ligne !

Pétition intersyndicale contre la centralisation du remplacement
Cliquer sur l’image pour télécharger la pétition

Retrait du projet de gestion centralisée du remplacement dans l’Académie de Paris !

L’ensemble des enseignant-es parisien-nes est concerné par cette dégradation des conditions de travail !

Depuis des années, des postes de remplaçant-es sont supprimés en carte scolaire, tandis que les brigades en congé long ne sont pas remplacées. Dans ce contexte, l’Académie de Paris a annoncé la mise en place d’une réorganisation radicale de la gestion du remplacement à Paris pour la rentrée 2021.

Les autorités académiques prévoient de centraliser la gestion de l’ensemble des remplaçant-es auprès d’un service dédié du Rectorat, au détriment des circonscriptions qui se contenteront de faire remonter leurs besoins. De plus, les postes de « brigades écoles » (plutôt destinés à des remplacements courts sur une circonscription), et ceux de « brigades circonscriptions » (plutôt destinés à des remplacements longs sur toute l’Académie) seront fusionnés. Les remplaçant-es pourront être envoyé-es indifféremment sur n’importe quelle mission de remplacement, courte ou longue.

Les secrétaires de circonscription ont aujourd’hui une connaissance fine des situations propres à chaque école et un contact particulier avec les équipes aussi bien qu’avec les Brigades, ce qui leur permet d’adapter au mieux les affectations des remplaçant-es. Cette connaissance fine du terrain sera perdue au terme de la réorganisation décidée par l’Académie. De même, la force des brigades
écoles est de connaître leur circonscription.

Le Rectorat affirme qu’il tentera de maintenir les remplaçant-es sur sept zones élargies actuelles, tout en précisant que leurs interventions seront susceptibles de couvrir tout Paris. Dès cette année, dans le contexte de la crise sanitaire et de la pénurie sans précédent de remplaçant-es, des collègues brigades ont été soustrait-es à leurs circonscriptions – pourtant dans le besoin – et envoyé-es dans d’autres arrondissements.

De notre point de vue, ce projet ne résoudra donc pas la crise du remplacement et aggravera encore les conditions de travail de l’ensemble des collègues. Il constitue par ailleurs une menace contre l’existence des circonscriptions et de leurs missions. La solution ne peut passer que par le recrutement de personnels titulaires et la création des postes de titulaires remplaçant-es nécessaires, à hauteur des besoins.

Face à ces attaques nous demandons donc :
- Le retrait du projet académique de réorganisation du remplacement à Paris, le maintien de la gestion en circonscription et le maintien de la différenciation entre BD école et BD circonscription ;
- La création des postes de remplaçant-es à hauteur des besoins ;

Personnels des écoles parisiennes, nous demandons :
- Le retrait du projet académique de réorganisation du remplacement à Paris, le maintien de la gestion en circonscription et le maintien de la différenciation entre BD école et BD circonscription ;
- La création des postes de titulaires remplaçant-es nécessaires à hauteur des besoins.


Annonces

Pratique