MLDS : l’académie est en train de décrocher !

mardi 29 juin 2021
par  Sud éducation Paris
popularité : 6%

Pas de solutions pour les décrocheurs !

Communiqué intersyndical SUD - CGT

La MLDS (Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire) de Paris se voit imposer à nouveau la suppression de moyens. Pourtant la lutte contre le décrochage scolaire a été déclarée priorité nationale par le ministre Blanquer dans son plan de communication sur l’école de la confiance en 2019, puis à nouveau dans la « Stratégie Europe 2020 ». Et le recteur de l’académie de Paris a rappelé à maintes reprises sa volonté de renforcer la lutte contre l’absentéisme et l’exclusion !

Cette décision est d’autant plus scandaleuse qu’elle intervient après 1 an et demi d’une crise sanitaire, dont les effets sont désastreux sur les élèves, notamment sur celles et ceux qui sont dans des situations sociales fragiles, ce qui est majoritairement le cas des élèves accueilli-es en MLDS. Face à cette réalité, le rectorat de Paris a pour seul argument la nécessité d’avoir dû trouver 156 postes à rendre au niveau académique. Ce 1/2 poste serait "la participation à l’effort collectif " demandé par le ministère.

Ce faisant, le rectorat de Paris prend donc sciemment la décision de faire peser les réductions de postes sur les jeunes en difficulté et les personnels de la MLDS.

Or ces dernières années, les coordonnateurs et coordonnatrices MLDS sont exposé-es à des charges de travail de plus en plus lourdes, qui mettent leur santé en jeu.
En plus de la gestion des classes de remobilisation, qui implique la mise en place des cours, la recherche des enseignant-es, l’élaboration de projets culturels, l’organisation administrative, les rencontres avec les familles et les partenaires, les entretiens d’orientation, les suivis des jeunes, les affectations, ... ils·elles sont de plus en plus impliqué·es dans la lutte contre le décrochage scolaire au niveau de leur territoire de référence (2 à 4 arrondissements regroupés en bassin). Ils-elles participent à des instances toujours plus nombreuses, au sein des établissements et du bassin, sont sollicité-es pour apporter leur expertise sur les situations d’élèves, etc.

Pourtant, cette intensification de la charge de travail n’a jamais été compensée par l’embauche de personnels. Au contraire, le nombre de coordinatrices et de coordinateurs ne cesse de diminuer : de 11 en 2019 on est passé à 9,5 en 2021, soit une perte de 1,5 postes en l’espace de 2 ans !

Le rectorat propose de compenser le 1/2 poste supprimé par des HSE (heures supplémentaires effectives) ou des vacations, c’est à dire qu’il reconnaît la nécessité de ce poste pour assurer un fonctionnement viable de la MLDS mais le remplace par des moyens totalement opaques et précaires.

Nous demandons :
• la mise en place d’un réel plan de lutte contre le décrochage scolaire dans l’académie de Paris à la hauteur des enjeux et des ambitions déclarés ;
• le rétablissement des moyens supprimés et l’arrêt de la précarisation des personnels ;
• la reconnaissance de l’expertise des personnels dans le pilotage de la MLDS ;
• une évaluation des risques psycho-sociaux.

MLDS communiqué intersyndical SUD - CGT

MLDS : l’académie est en train de décrocher !

Communiqué de SUD éducation Paris

Alors que le ministère de l’Éducation nationale affirme que la lutte contre le décrochage constitue un enjeu majeur humain, social et économique, la MLDS (Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire) de Paris, comme tout le second degré dans l’académie, n’est pas épargnée par les mesures de restriction budgétaire : un demi poste de coordination est supprimé cette année encore.

Communiqué suppression de poste MLDS
Cliquez sur l’image pour télécharger le pdf

Cette décision est d’autant plus scandaleuse qu’elle est prise après 1 an et demi d’une crise sanitaire, dont on commence à peine à mesurer les effets sur les élèves… Des effets d’autant plus désastreux que les élèves qui y sont accueilli·es sont dans des situations sociales fragiles. C’est donc une nouvelle fois la logique d’économie qui prime, alors qu’on sait que les jeunes en difficulté risquent d’être plus nombreux·euses dans les années à venir, avec des problématiques de décrochage de plus en plus complexes.

Pourtant, la lutte contre le décrochage scolaire a été déclarée priorité nationale par le ministre Blanquer dans son plan de communication sur l’école de la confiance en 2019, puis à nouveau dans la "Stratégie Europe 2020". À l’échelle parisienne, le recteur a rappelé à maintes reprises sa volonté de renforcer la lutte contre l’absentéisme et l’exclusion. À cet effet, des communications à destination des établissements ont été mises en place afin d’assurer la diffusion des procédures et les instances au niveau des lycées et des districts ont été relancées. La MLDS a été fortement sollicitée afin de participer, voire d’impulser des dynamiques et projets nécessaires à la lutte contre le décrochage scolaire.

Dès lors, la MLDS de Paris, dont l’activité essentielle consistait jusqu’à présent à élaborer des solutions alternatives pour les jeunes de 16 à 20 ans en situation de décrochage scolaire, voit régulièrement la part de son activité de conseil augmenter. Les coordinatrices et coordinateurs ont déjà en charge la gestion des classes de remobilisation, ce qui implique la mise en place des cours, la recherche des enseignant-es, l’élaboration de projets culturels, l’organisation administrative, les rencontres avec les familles et les partenaires, les entretiens d’orientation, les suivis des jeunes, les affectations, etc.

Depuis quelques années, ils·elles sont de plus en plus impliqué·es dans la lutte contre le décrochage scolaire au niveau de leur territoire de référence (2 à 4 arrondissements regroupés en bassin). Leur participation aux différentes instances, au sein des établissements et du bassin, s’accroît à mesure que s’amplifie la lutte contre le décrochage au niveau de l’académie de Paris.

Or cette intensification de la charge de travail, n’a jamais été compensée par l’embauche de personnels. Bien au contraire, le nombre de coordinatrices et de coordinateurs ne cesse de diminuer : de 11 en 2019 on est passé à 9,5 en 2021, soit une perte de 1,5 postes en l’espace de 2 ans !

Dans ces conditions, les coordinatrices et les coordinateurs de la MLDS de Paris se demandent légitimement comment ils·elles pourront continuer à mener à bien leurs missions, et notamment celle qui constitue le cœur de leur métier : la prise en charge et le suivi des jeunes décrocheurs·euses.

Cette problématique n’est pas un simple détail dans le paysage scolaire parisien : ces élèves ne sont pas des variables d’ajustement permettant de récupérer des postes ! Cette baisse de moyens a des conséquences sur la qualité des projets mis en place pour leur insertion alors qu’ils et elles font partie des publics les plus fragiles. Elle a également des conséquences sur le volume de travail des coordonnateurs et coordonnatrices qui se retrouvent exposées à des burn-out et à une souffrance au travail inacceptables.

SUD éducation Paris dénonce :
- la suppression du demi-poste à la rentrée 2021 et la logique budgétaire qui sous-tend cette décision ;
- la pression qui est exercée sur les équipes de la MLDS pour "faire du chiffre", en remplissant leurs classes, sans prise en considération des besoins spécifiques des jeunes accueilli·es !


Annonces

Pratique