TOUS EN GREVE LE 16 OCTOBRE !

mercredi 8 octobre 2008
par  Sud75
popularité : 8%

Vu l’aggravation de la situation en général et à Paris en particulier, et pour les raisons exposées dans le préavis de grève ci-dessous, plusieurs syndicats du 1er degré parisien (SUD, SNUipp, SGEN, CGT, SE-UNSA, FO...) ont décidé d’appeler à la grève jeudi 16 octobre.

Un rassemblement est appelé à 10h devant le Rectorat (94 avenue Gambetta), afin qu’une délégation porte les revendications des personnels à l’IA Rosselet.

Une AG suivra l’après-midi, de 14h à 17h à la Bourse du Travail (3 rue du Château d’Eau, M° République, salle Varlin), pour faire le compte-rendu de la délégation, débattre ensemble et décider de comment ne pas nous laisser faire plus longtemps.

Paris, le 8 octobre 2008

SUD éducation Paris

à Monsieur le recteur de l’académie de Paris

Conformément à la réglementation en vigueur, le syndicat SUD Education Paris a l’honneur de déposer auprès de vous un préavis de grève couvrant tous les personnels de l’éducation nationale exerçant dans les écoles maternelles, élémentaires et primaires, ainsi que les établissements d’enseignement spécialisé de Paris pour la journée du 16 octobre 2008.

En effet, nous entendons réitérer notre exigence d’abrogation des décrets et autres textes réglementaires du ministre de l’éducation nationale qui portent atteinte à la fois au service public d’enseignement, à la scolarité des élèves et au statut des personnels, mais aussi plus particulièrement nous opposer aux orientations et mesures de l’académie de Paris en direction des écoles et des enseignants du premier degré :

- dans l’organisation autoritaire - souvent au-delà des textes réglementaires, voire en contradiction avec eux - de 60 heures d’ « aide personnalisée aux élèves », de 48 heures annualisées et généralement du temps de service des enseignants

- dans la dégradation des conditions de fonctionnement des écoles par l’aggravation des normes et taux d’encadrement des élèves, par le non remplacement des enseignants en congé (accentué par le blocage du recrutement sur liste complémentaire), par le démantèlement programmée des RASED - lié aux 60 h sur temps scolaire et aux stages durant les vacances -et la circulaire académique les concernant

- dans la mise en oeuvre effrénée et inutilement coûteuse du service minimum d’accueil en cas de grève - avec la circonstance aggravante et inadmissible d’une publication de la liste des écoles où auraient été recensés 25% d’intentions de grève, en contradiction avec l’article 6 de la loi n° 2008-790 du 20 août 2008, constitutive d’une faute professionnelle et d’un délit pénal passible des peines prévues à l’article 226-13 du code pénal

- dans les atteintes graves au droit de grève et aux droits syndicaux ( notamment l’interdiction de fait des demi-journées d’information syndicale) et collectifs des personnels

- dans l’intimidation, le mépris, les ordres abusifs, la multiplication de convocations, de menaces et de sanctions à l’égard des enseignants du premier degré

Veuillez croire, Monsieur le recteur, à notre attachement au service public d’éducation et aux droits de ses personnels.

Pour SUD Education Paris,

Daniel Héricher, secrétaire général

Olivier Zuretti, élu en CAPD

Jean-François Fontana, représentant aux CTP et CDEN


Annonces

Solidarité


PNG

PNG