QU’EST-CE QU’ON ATTEND ?

samedi 12 septembre 2009
par  sud75
popularité : 8%

Licenciements dans le privé riment avec suppressions d’emploi dans le public, délocalisations d’entreprises avec économies budgétaires ! Des chefs d’entreprise qui font des profits délocalisent alors que des dizaines de milliers de salariés sont contraints de se battre pour une indemnité de licenciement décente. La crise a bon dos : excellente pour les banques subventionnées par l’état et qui font de nouveau des centaines de millions de profits, implacablement féroce pour les salariés. Dans le privé et le public, les temps partiels imposés, les CDD de toutes sortes, les contrats aidés et les salaires de misère se multiplient. Dans le public, un fonctionnaire sur deux partant à la retraite n’est pas remplacé et dans l’éducation plus de 80 000 suppressions de postes sont programmées d’ici 2012 !

Dans les entreprises, sous prétexte de crise et de chantage aux licenciements, patrons et certains syndicats contraignent les salariés à faire plus d’heures. Dans l’éducation, le ministère et les collectivités territoriales réduisent les postes et multiplient les tâches, baissent les salaires et poussent à faire des heures supplémentaires ou surchargent les fiches de postes.

Suppression des Rased dans le 1er degré, tri social (évaluations, classes-relais, découverte professionnelle...) dans les écoles et les collèges, bac pro sélectif, contre-réforme des lycées généraux et technologiques annoncée, renforcement de l’autoritarisme, tentatives de répression des militants syndicaux qui se battent... Mais qu’est-ce qu’on attend ? En faut-il plus pour qu’on se mette à lutter ensemble ?
Patronat et gouvernement agissent de concert. C’est tous ensemble, public et privé qu’il faut lutter.

SUD éducation est un syndicat intercatégoriel : ouvriers, agents administratifs, assistants d’éducation, enseignants, personnels titulaires et précaires, c’est ensemble qu’on pourra imposer l’embauche de titulaires, l’arrêt de l’embauche précaire, la titularisation sans conditions, la création de postes, la réduction du temps de travail et l’augmentation des moyens d’existence pour tous.

SUD éducation se doit d’être le syndicat des solidarités intercatégorielles. Nous travaillons ensemble, nous devons lutter ensemble !

Rencontrons-nous, informons-nous, réfléchissons ensemble, partageons nos expériences, organisons-nous...
Pour commencer, retrouvons-nous nombreux à l’assemblée générale de rentrée de SUD éducation.

N’attendons plus !


Documents joints

Le Journal N° 222 à télécharger
Supplément personnels Ville de Paris
Supplément personnels région

Annonces

Solidarité


PNG

PNG