MASTERISATION = PRÉCARISATION

tract du 14 avril 2010
jeudi 15 avril 2010
par  Sud75
popularité : 1%

La précarisation s’installe dans toutes les catégories
de personnels travaillant dans les
écoles et les établissements. Pour cela quoi
de mieux que la contractualisation à tous les
étages : depuis longtemps le personnel de
service subit ce sort, les EVS-AVS les ont rejoint
il y a quelques années. Peu de voix se
sont élevées contre et cela se banalise sans
(ou presque) combat. Depuis le début à Sud
Éducation Paris nous dénonçons tout système
précarisant l’emploi et nous exigeons la titularisation
de tous sans condition.

A force de côtoyer sans trop contester le danger
de la précarisation, de l’emploi modulable,
l’État arrive à instaurer ce système à tous les
niveaux, et même à faire accepter l’idée de
mobilité des personnels et les licenciements.
Aujourd’hui, c’est au tour des aspirants enseignants
qui n’auront pas le concours, mais seront
après cinq années d’études sans rémunération
détenteurs d’un joli master 2, d’être
employables de temps à autre et chômeurs le
reste du temps.

En nous opposant aujourd’hui à la mise en
place de la masterisation à la rentrée prochaine,
ne nous trompons pas d’objectifs ! Il ne
s’agit pas d’aménager avec le rectorat un dispositif afin de le rendre un peu moins insupportable
pour les futurs enseignants, les collègues,
les élèves.

Il ne s’agit pas d’accompagner le ministère
dans la casse du service public d’éducation en
adoucissant seulement les angles.

Il faut rappeler qu’au delà de l’affaire des
postes bloqués au mouvement (dans le 1er
degré comme dans le 2nd degré), la masterisation
s’inscrit dans des logiques qu’il faut
combattre :
Avant tout une logique à court terme essentiellement
budgétaire. L’idée était maligne, rendre
peu visible le non remplacement du départ à la
retraite d’un fonctionnaire sur deux en supprimant
l’année de formation rémunérée soit environ
14 000 postes. Le gouvernement a donc
réussi à faire passer pour une modernisation
de la formation sa suppression pure et simple !
Au delà de ce profit immédiat, la masterisation
s’inscrit dans le démantèlement de la fonction
publique et vise à instaurer la précarisation, la
flexibilité des personnels et la dégradation des
conditions de travail. Aujourd’hui des étudiants
contractuels vont dans le cadre de stages
remplacer des enseignants... Demain Chatel
nous promet qu’ils remplaceront aussi les collègues
malades, les congés de maternité, etc.

Combattre la masterisation, cela nous concerne tous ! Elle est une des
pierres d’angle de la casse du service public d’éducation. Ne laissons
pas les étudiants et les formateurs s’opposer seuls à la mise en place
des réformes.

Sud éducation Paris appelle tous les enseignants à se mobiliser, à organiser
des AG et des réunions avec les parents.

Refusons le dispositif, ne participons pas à la casse de la formation initiale, refusons d’être "compagnons", “tuteurs” ou quel qu’en soit le nom !

NON A LA MASTERISATION !


Documents joints

nouveau tract mastérisation

Annonces

Solidarité


PNG

PNG