LE RECTORAT REPRIME LOURDEMENT ! N’ACCEPTONS PAS !

mercredi 25 juin 2008

Ce mercredi 25 juin à 8 h, notre collègue Dominique Piveteaud, maître-formateur à l’école élémentaire rue Cavé (18e), était convoqué au rectorat par l’inspecteur d’académie Rosselet.
Malgré :
- le soutien exprimé par plusieurs centaines d’enseignants rassemblés devant le rectorat
- le témoignage positif et unanime de nombreux collègues, parents d’élèves, profs et stagiaires de l’IUFM
- la présence à ses côtés des quatre syndicats représentés en CAPD
- les propositions de conciliation faite par Dominique et les représentants syndicaux qui l’accompagnaient : réponses constructives aux critiques figurant dans le rapport d’inspection, demande de contre-inspection (c’est un droit), acceptation d’être inspecté par l’IEN de la circonscription dès cette fin d’année ...

l’inspecteur d’académie a maintenu ses attaques injustifiées et ses menaces de sanctions contre Dominique.

Conscient de l’illégalité d’une sanction disciplinaire, car aucune faute professionnelle ne peut être retenue

- ce qui est reproché à Dominique, c’est d’avoir défendu ses conceptions pédagogiques parfaitement respectables et d’agir activement dans l’intérêt des élèves dans un quartier difficile

- Rosselet a tenté d’arracher à Dominique une demande qu’il formulerait lui-même de « détachement » sur un autre poste (adjoint non IMF dans une autre circonsctription). Il a refusé de lui accorder un délai au-delà de ce jour à midi.
A l’expiration de cet ultimatum intenable et inadmissible, l’IA Rosselet a annoncé sa décision de ne plus confier à Dominique de mission de maître-formateur et de le déplacer dans une autre affectation.

Cette double sanction est inadmissible, car à la fois non fondée et illégale. Elle vise à faire un exemple de remise au pas, pour que chaque enseignant(e) de Paris sache qu’il n’a d’autre liberté que d’obéir servilement aux instructions ministérielles et académiques.

Clairement, l’inspectrice de circonscription qui assistait l’IA a pris la parole pour annoncer la couleur : « On ne peut pas être opposant tous azimuts ».

Si nous laissons faire, c’est la fin de la liberté d’expression et d’action comme pédagogue, comme travailleur, comme citoyen, comme personne.

Il est urgent de nous organiser pour défendre Dominique, nous opposer à l’injustice qui s’abat sur lui, faire respecter nos droits et notre liberté professionnelle à tous. Nous appelons les collègues, dès demain, à se réunir, prendre position, informer les parents, organiser débrayages et délégations pour obtenir la levée des sanctions. Les syndicats parisiens ont demandé d’urgence un rendez-vous à l’IA Rosselet - qui, pour l’instant, répond « que le débat est clos » ! - et s’adressent au ministre de l’éducation nationale pour qu’il ramène le rectorat de Paris à la raison.

Vendredi 27 juin 2008 à 12h aura lieu une AG à l’école de la rue du Département (18e arrt) pour faire le point et décider des suites de l’action.

SUD éducation Paris


http://sudeducation75.org/article.php3?id_article=272

Pétition de soutien à Dominique Piveteaud



Annonces

Solidarité


PNG

PNG