5 avril : Grève contre la précarité et pour des moyens à la hauteur des besoins

mercredi 28 mars 2018
par  Sud éducation Paris
popularité : 8%

► AG de grève à 10h30 à la Bourse du travail, 3 rue du château d’eau
► Manifestation à 14h place de la Sorbonne

Le 22 mars dernier, l’AG des grévistes parisien-nes s’est prononcée pour appeler l’ensemble des personnels de l’éducation à la grève le 5 avril 2018 contre la précarité et pour des moyens à la hauteur des besoins dans l’éducation, afin de se joindre à l’appel à une grève nationale des précaires de l’éducation.

Appel intersyndical parisien à la grève le 5 avril 2018


Contre la précarité dans l’éducation
Pour des moyens à hauteur des besoins

Mardi 22 mars 2018, l’Assemblée Générale des grévistes de l’éducation parisienne, qui a réuni le matin une centaine de personnes a décidé de soutenir l’appel à la Grève des précaires de l’Éducation nationale du 5 avril prochain et d’appeler tou-tes les personnels de l’éducation nationale, titulaires et contractuel-les, à se mettre en grève contre la précarité et pour des moyens à la hauteur des besoins dans l’éducation.

À leurs tours, les organisations syndicales CGT éduc’action 75, CNT éducation 75 et Sud éducation Paris, font le constat de la dégradation des conditions de travail des personnels et des conditions d’étude des élèves, de la maternelle à l’Université :

► fermetures de classes,
► nombreux postes d’AESH non pourvus pour l’accompagnement d’élèves en situation de handicap qui y ont droit par notification MDPH,
► effectifs surchargés,
► AED en sous effectifs,
► baisse des dotations horaires,
► délabrement des locaux dans les quartiers populaires,
► non remplacement des congés maladie ordinaire, des absences pour formation continue et syndicale,
► baisse du nombre de postes aux concours entraînant un recours exponentiel aux contractuel-les
► disparition des réseaux et structures d’aide aux élèves en difficultés.

À cela s’ajoute le rouleau compresseur des réformes du gouvernement : instauration de la sélection à l’entrée à l’Université, réforme du bac et du lycée, réforme de la voie professionnelle.

Le nombre de contractuel-les dans l’Éducation nationale est en croissance exponentielle. Ces personnels précarisé-es, souvent mal formé-es et sous-payé-es, sont jetables et à la merci de toutes les pressions hiérarchiques possibles. On pense notamment aux centaines de collègues en contrats CUI qui on été licencié-es sans préavis suite à l’annonce gouvernementale de supprimer leurs contrats depuis cet été, et à l’emploi de plus en plus répandu de jeunes en service civique pour pallier au manque de personnels.

Pourtant les personnels précaires assurent au même titre que les titulaires le bon fonctionnement du service public d’éducation : quelle inclusion des élèves en situation de handicap sans les AESH et AVS ? Quel accueil des élèves dans les collèges et les lycées sans AED ? Quelle aide aux élèves en difficultés sans les Assistant-es Pédagogiques ? Qui assure une grande partie des remplacements si ce ne sont les enseignant-es contractuel-les ?

Réuni-es en collectif, les précaires de l’éducation nationale ont décidé de se mettre en grève le 5 avril prochain.

Les organisations syndicales CGT éduc’action 75, CNT éducation 75 et Sud éducation Paris soutiennent cette initiative et appellent dans la lignée de l’AG de grève du 22 mars, l’ensemble des personnels contractuel-les comme titulaire à se mettre en grève le 5 avril.

Nous appelons également à la constitution de caisses de grève dans les écoles et établissements pour permettre aux collègues en difficulté financière de participer au mouvement.

Tou-tes en grève le 5 avril !

Des moyens pour l’éducation ! Titularisation de tou-tes les contractuel-les, sans conditions de concours, de nationalité, de diplôme !

► AG de grève à 10h30 à la Bourse du travail, 3 rue du château d’eau
► Manifestation à 14h place de la Sorbonne

Le tract mis en page :


Annonces

Solidarité


PNG

PNG