Soutien aux étudiant.es et personnels en lutte dans les universités

vendredi 4 mai 2018
par  Sud éducation Paris
popularité : 48%

Cela fait maintenant plusieurs mois que les étudiant.es et personnels des universités sont en lutte contre la loi Orientation et Réussite des Étudiants qui instaure la sélection à l’entrée à l’Université : grèves, blocages et occupations des facs, cours alternatifs, etc. Ces dernières semaines, les interventions des forces de l’ordre pour évacuer les facs occupées se sont mutipliées (à Paris, les facs de Tolbiac, Saint Charles, Censier, etc.).

Dans la plupart des Universités, la période des partiels et examens du second semestre commence. Nous sommes à un moment charnière de la mobilisation. Certains de ces examens se passent sous surveillance policière, d’autres sont délocalisés loins des foyers de mobilisation (par exemple à Rungis pour les partiels de licence de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, à raison de 12 euros par jour et par étudiant.es, or il paraît que les caisses de l’ESR sont vides...).

Face à cette situation, nombreux.ses sont les étudiant.es qui refusent de passer leurs partiels : par exemple, cette semaine, les étudiant.es de Paris 1 ont organisé des votes en début d’examens pour se positionner collectivement. C’est la grève qui l’a emporté majoritairement.
Certains partiels ont également été purement et simplement annulés.

Des AG de personnels ont décidé de refuser de tenir les examens par divers moyens : rétention des notes, notation politique, démission des charges administratives, grèves, débrayages...

Sud éducation Paris apporte son soutien à l’ensemble de ces actions. Nous saluons le courage des étudiant.es qui refusent de composer quitte à perdre leur année, d’autant plus lorsque l’on sait que la plupart d’entre-eux.elles vivent sous le seuil de pauvreté.

Nous apportons également notre soutien aux personnels qui refusent de siéger dans les commissions d’examens des vœux et décident de démissionner des commissions de sélection.

Nous appelons à élargir ce mouvement dans toutes les universités.

Le gouvernement veut trier ? Sabotons la sélection !

Vendredi 4 mai 2018


Modèle de lettre de démission des commissions de sélection :

[NOM Prénom] [Le xx/xx/2018]
[Poste]

À [M./Mme le/la président-e] de l’Université
[ADRESSE]

Objet : Démission de la commission d’examen des vœux de la licence de…

Je vous prie de prendre note de ma démission, en tant que [… responsable de licence ou membre de la commission], de la commission d’examen des vœux mise en place dans le cadre de la nouvelle plateforme d’admission post-bac « parcoursup » et donc de la loi Orientation et Réussite des Etudiants.

Cette décision est motivée par l’analyse d’une réforme qui, loin d’apporter des éléments de réponse aux difficultés rencontrées par une partie des étudiant-e-s en première année, instaure à marche forcée une procédure de sélection inacceptable. Elle introduit des éléments trompeurs pour les lycéen-ne-s (sur le traitement qualitatif de leur dossier et de leurs vœux). Au vu de la configuration du dispositif, rien ne garantit que les lycéen-ne-s qui désirent réellement s’inscrire dans notre licence pourront le faire.

Sous prétexte de mettre en place un outil « technique » d’aide à la décision, les véritables débats sur les changements à apporter pour améliorer les conditions de choix et d’études des étudiant-e-s sont écartés. Contrairement aux annonces, aucun soutien matériel n’est prévu pour accompagner les étudiant-e-s ou pour soutenir les équipes pédagogiques et administratives déjà submergées. L’état de sous-encadrement des étudiant-e-s et le manque de personnel enseignant et administratif ne permettent pas un véritable accompagnement des étudiant-e-s, et en aucun cas la sélection ne constitue une solution acceptable.

Je vous prie d’agréer, [Madame/Monsieur], l’expression de mon attachement au service public d’éducation.

[Signature]

Modèle de lettre de démission des commissions de sélection
Tract Parcoursup : boycott des commissions de sélection et des classements

Annonces

Solidarité


PNG

PNG