ESPE en lutte

mardi 15 mai 2018
par  Sud éducation Paris
popularité : 30%

Le comité de mobilisation de l’ESPE de Paris (qui regroupe des étudiant.e.s, enseignant.e.s et BIATSS) invite l’ensemble des formatrices et formateurs de l’ESPE à participer à l’Assemblée générale qui se déroulera le mercredi 16 mai à partir de 11h dans l’amphithéâtre de Batignolles.

Une heure d’information syndicale a été déposée par la FSU à 11h pour donner à l’ensemble des personnels la possibilité de terminer les cours plus tôt pour rejoindre l’Assemblée générale (y compris les personnels se trouvant à Molitor ce jour-là, car le temps de trajet s’ajoute à l’heure syndicale).
Cette Assemblée générale aura pour objectif de préparer le mardi 22 mai, journée de mobilisation et de manifestation de la Fonction publique, appelée par l’intersyndicale.

Ordre du jour de l’AG :

1. État des lieux des réformes (Fonction publique, Éducation nationale, Université, future réforme des ESPE...). Présentation et débat.

2. Perspectives de la mobilisation (où en sont les mobilisations dans les différents secteurs). Débat et propositions concrètes.

3. Vote des propositions

Nous sommes toutes et tous concerné.e.s par la casse des Services publics et par l’attaque généralisée contre la Fonction publique (difficultés pour les contractuel.les de passer fonctionnaires, baisse du nombre de places aux concours, gel du point d’indice, retour de la journée de carence, manque de moyens généralisé…).

Mais à l’ESPE nous sommes également concerné.e.s par :

- des conditions de travail qui se dégradent dans l’Éducation nationale

- un manque de moyens interne à l’ESPE dû notamment à la fusion des universités,

Dans ces perspectives peu réjouissantes il nous semble donc important d’être le plus grand nombre à nous mobiliser le 22 mai pour porter les revendications propres à l’ESPE en cette grande journée de mobilisation de la Fonction publique.

Pour permettre cela, le blocage ponctuel du site de Batignolles sera soumis au vote de l’Assemblée générale du mercredi 16 mai. Le blocage, s’il était voté, permettrait entre autres aux étudiant.e.s boursier.e.s et aux personnels de se mobiliser sans pénalité financière.

Certaines et certains d’entre vous pensent peut-être qu’en année de stage ou de préparation au concours il est dangereux de perdre ne serait-ce qu’une journée de cours et que nous devrions attendre d’être titulaires pour nous mobiliser. Mais sera-t-il plus sérieux de faire grève lorsque nous serons responsables de nos classes ? Il n’y a jamais de moment idéal pour la grève, mais nous pensons que les attaques actuelles valent le coup de nous mobiliser pour rappeler notre attachement aux Services publics, pour revendiquer de meilleures conditions d’étude et d’enseignement et pour que le système cesse de créer et d’accroître les inégalités scolaires et sociales.

Proposer le blocage ponctuel de Batignolles le 22 mai est également un signal fort envoyé à la direction de Sorbonne université ( Faculté des Lettres), qui utilise les locaux de l’ESPE afin de déstabiliser la mobilisation des étudiant.e.s des sites de Clignancourt et de Malesherbes. En effet des cours qui auraient dû se tenir sur ces sites se sont déroulés à l’ESPE. Tout d’abord, cela génère des dysfonctionnements au sein de l’ESPE (vendredi 11 mai au matin un formateur de ESPE s’est retrouvé sans salle car celle qu’il avait réservée était utilisée pour la tenue d’un cours de la faculté des Lettres ; l’augmentation du nombre d’étudiant.e.s augmente la charge de travail des agent.e.s d’entretien...). Mais cela nous interroge également du point de vue de la mobilisation. Soutenant une Université ouverte à toutes et tous nous soutenons de fait la mobilisation universitaire contre les lois ORE et ParcoursSup.

Nous ne tolérons donc pas que l’ESPE serve à affaiblir cette mobilisation à laquelle nous nous associons !

Des enseignant.e.s et étudiant.e.s nous ont d’ores et déjà fait part de leurs inquiétudes si le blocage était voté pour le 22 mai car des oraux blancs ou des soutenances sont programmés ces jours-là. Certain.e.s formatrices et formateurs ont déjà prévenu leurs étudiant.e.s du changement de date préventif des oraux blancs ou des soutenances. Nous vous invitons à faire de même pour qu’aucun.e étudiant.e ne soit pénalisé.e et que toutes celles et tous ceux qui le souhaitent puissent participer à la manifestation dans les mêmes conditions.

Que le blocage soit voté ou non, nous appelons les formatrices et les formateurs à ne pas pénaliser les étudiant.e.s qui souhaiteraient aller en manifestation plutôt qu’en cours. Les stagiaires ont le droit de faire grève, et nous défendrons massivement chaque étudiant.e qui aurait eu à subir des pénalités parce qu’elle ou il aurait assisté à la manifestation.

Le blocage n’est qu’un moyen d’action, il n’est pas une fin en soi. D’autres moyens d’action existent, que vous soyez en accord ou en désaccord avec nos propositions, n’hésitez pas à venir avec vos propositions et à les soumettre aux votes de l’Assemblée générale du 16 mai.

Soyons uni.e.s pour défendre les Services publics et nos conditions de travail ! Vous avez beaucoup à apporter à notre mobilisation !
Bien cordialement.

Le comité de mobilisation de l’ESPE de Paris


Annonces

Solidarité


PNG

PNG