TOUS AUX COTES DE NOS ELEVES ET DE TOUS LES SANS PAPIERS

Rendez-vous mercredi 27 septembre à 14 H sur le parvis de l’Hotel de Ville
mardi 26 septembre 2006
par  sud75
popularité : 4%

La circulaire Sarkozy, c’était de la poudre aux yeux ! On le sait aujourd’hui, les 6924 parents régularisés ont été les gagnants d’une loterie où ce qui a fait la différence, c’est la date de traitement du dossier : une fois le quota atteint, le robinet a été fermé !
On sait déjà aussi que les recours qui vont être déposés recevront pratiquement tous une réponse négative. La circulaire, c’est fini : aujourd’hui, c’est la loi hyper répressive concoctée par le ministre de l’intérieur qui s’applique dans toute sa rigueur !
Le gouvernement a été clair : tous ceux qui « n’ont pas vocation à rester en France » et qui tomberont dans les filets de la police seront expulsés. Les rafles se multiplient. Le futur candidat aux présidentielles veut pouvoir présenter à ses futurs électeurs le trophée de chasse qu’il a promis : 25 000 expulsions à la fin de l’année. Ce qui se passe en ce moment à Cachan montre sa détermination à ne lâcher sur rien.

Notre seule arme contre les expulsions c’est notre mobilisation !

Nous sommes tous concernés : des hommes, des femmes, des enfants, qui, au prix de multiples dangers ont simplement cherché à survivre, sont traités comme des criminels et renvoyés dans des conditions indignes vers des pays où l’on sait qu’ils vont retrouver la misère, l’insécurité, les persécutions, la guerre... tous les maux qu’engendre aujourd’hui une guerre économique mondiale sans merci !
Il ne suffisait pas de piller les ressources économiques de ces pays : en organisant « l’immigration choisie » la loi va faciliter le pillage « à flux tendu » de leurs « ressources humaines » !

Nous, enseignants, personnels de l’Education Nationale, nous avons une responsabilité particulière : celle d’être, dans nos établissements, aux côtés de nos élèves sans papiers et de leurs familles.
Nous devons afficher clairement le soutien que nous leur apportons !

Le 27 septembre, avec RESF, des familles dont les dossiers ont été refusés iront ensemble à la préfecture déposer leurs recours. Notre place est à leurs côtés !


Annonces

Solidarité


JPEG
PNG

PNG