Face au délabrement organisé de l’Education Nationale, les personnels se mobilisent

Les établissements explosent : le gouvernement supprime encore des moyens.
vendredi 20 janvier 2006
par  Sud75
popularité : 2%

Les récents événements survenus dans certains établissements sensibles ne constituent que la face émergeante de l’iceberg : la dégradation des conditions de travail et d’étude est généralisée.
Postes supprimés, et effectifs surchargés, tous les secteurs sont concernés : enseignants, surveillants, infirmiers et médecins scolaires manquant, personnels ouvriers et d’entretien décentralisés, réduction drastique des postes aux concours, lorsqu’ils ne sont pas purement supprimés.

La seule réponse gouvernementale est policière : elle permet en effet de masquer le processus organisé de délabrement du service public d’éducation nationale. Sous couvert de rationalisation budgétaire, des classes sont supprimées. Sous couvert de discours pédagogique, les moyens donnés aux ZEP sont retirés. Sous couvert de décentralisation, les personnels T.O.S. Sont aujourd’hui décentralisés, ce qui annonce la privatisation de larges secteurs. Sous couvert de meilleure gestion, le dispositif de remplacement entre collègue masque l’abandon d’un corps de remplaçants titulaires.

Quant aux élèves, on passe subrepticement de la prise en compte de leurs difficultés sociales à la dénonciation de leur difficulté. Parents culpabilisés, enfants retirés dès 14 ans du système scolaire : aucune prise en compte de la précarité sociale qui touche de plus en plus de familles. Au nom de la lutte pour l’emploi, le gouvernement multiplie les emplois précaires, tant pour les familles (CNE, CPE), qu’au sein des établissements (contractuels, assistants d’éducation, conseillers pédagogiques).

Face à cet abandon de l’Education Nationale, le gouvernement appelle de ses vœux la subvention de l’enseignement privé, et de nombreuses collectivités locales proposent des partenariats avec des sociétés de cours privés. Le délabrement organisé ne nuit pas à tous le monde.

Sud-éducation Paris s’associe à tous les établissements qui luttent pour obtenir des conditions de travail décentes et un renversement des politiques gouvernementales. Dès aujourd’hui un préavis de grève reconductible est déposé pour tous les personnels de l’Académie.


Annonces

Solidarité


PNG

PNG