De la maternelle à l’université, la révolte gronde : NON à la marchandisation de l’école et de la recherche !

jeudi 27 novembre 2008
par  Sud75
popularité : 14%

SUD éducation Paris soutient les grèves et les actions de désobéissance engagées dans les écoles et dans les établissements.

SUD éducation Paris soutient l’occupation de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Aujourd’hui jeudi 27 novembre, des enseignants venus de toute l’Ile-de-France se sont rassemblés Porte de Versailles pour inaugurer avec leur ministre Xavier Darcos le Salon de l’Education. Mais le ministre qui n’est pas, on le sait, un homme de dialogue, a préféré se faire porter pâle. Qu’importe ! les enseignants, soutenus par un nombre de plus en plus important de parents au fur et à mesure que les mobilisations se développent, entendent poursuivre leur lutte contre les contre-réformes engagées : suppressions de postes (RASED, concours...), pseudo-dispositifs d’ « aide personnalisée » aux élèves, EPEP, remise en cause de la maternelle, mise en concurrence des écoles par les évaluations, suppression des IUFM, réforme des lycées, etc.

Ce même jeudi 27 novembre, les chercheurs ont commencé l’occupation des locaux de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), pour protester contre la précarisation constante de leurs statuts et de leurs missions. Réunis en AG, ils ont voté l’occupation des locaux, de jour comme de nuit.

Pour SUD éducation Paris, ce sont les mêmes logiques strictement budgétaires qui sont à l’œuvre, de la maternelle à l’université.

SUD éducation appelle tous ceux qui entendent résister à la privatisation du service public d’éducation, et tous ceux qui pensent nécessaire l’existence d’une recherche indépendante des pressions économiques, à soutenir les résistances engagées.

SUD éducation Paris, le 27 novembre 2008


Communiqué à télécharger

Annonces

Solidarité

PNG

PNG