Compte rendu d’AG parisienne premier degré du jeudi 8 janvier 2009

Appel au dépot des lettres de refus le 21 janvier
mardi 13 janvier 2009
par  Sud75
popularité : 6%

Présent(e)s une centaine de personnes.
ODJ :
1) désobéissance suite de l’action
2) évaluation
3) manif du 17 janvier, grève interprofessionnelle du 29 janvier, coordination nationale ?

1) long point où sont évoqués :
les pressions de certains icc sur les collègues concernant "le soutien" (inspection sur ce temps là) dénonciation éventuelle à l’IA, si "soutien" non fait. Se préparer à répondre à ce genre de situation, en s’appuyant sur le sens de la mobilisation collective (refus d’être un obéissant rouage de la casse du service public d’éducation), en s’appuyant sur les motions de conseils d’écoles, sur l’appel intersyndical snuipp, sud, cnt, cgt... prévenir les syndicats en cas de pression ou de menace. Des initiatives devraient être prises par les syndicats pour calmer les ardeurs des ICC trop zélés.

Chiffre atteint au compteur de 574 pour 88 écoles : chiffre non négligeable à augmenter.

Nécessité de relancer les collègues pour qu’ils n’oublient pas de se comptabiliser (le snuipp centralise).

Une conférence de presse doit être organisée le mercredi 21 janvier pour rendre public par voie médiatique "la désobéissance à Paris", avec demande d’audience au rectorat, (rassemblement ) l’idée se décline sous trois modalités complémentaires : idée du nombre anonyme, idée de dépot de lettre collective d’école, idée de lettre individuelle.

Il n’y a pas de contradiction fondamentale entre ces trois modalités, cependant les deux dernières demande une centralisation en amont du 21 janvier. Des modèles de lettres vont circuler par voie syndicale et par liste d’arrdt et en retour seront centralisées... précision ultérieure.

2) point plus court mais même résultat : refus de ces évaluations.
Même discussion sur les modalités pratiques de ce refus (pas les passer du tout ou à moitié, en faire d’autres, garder les résultats) toujours est-il que comme pour "le soutien", le fait de ne pas le faire exactement comme ils veulent revient à un refus. Les consignes syndicales sont donc globalement de ne pas faire remonter les résultats au minimum et surtout en s’appuyant sur des décisions d’équipe, toujours dans l’idée de ne pas rester isolés
pour les syndicats (SUD, SNUipp, CNT, FO) nous vous renvoyons à leur site et journaux respectifs pour avoir le détail des consignes en attendant une hypothétique intersyndicale.
Le stage du 12 et 13 janvier réunissant 80 personnes va diffuser dans les heures qui viennent des consignes de boycott.

3) l’AG et les syndicats présents appellent évidemment à participer à ces deux journées
à noter qu’il n’y a pas eu de vote formel là-dessus vu le peu de participants et pour les syndicats voir le détail comme au point précédent
Également dans les semaines qui viennent de nombreuses réunions publiques ou AG vont avoir lieu à suivre sur les listes ou les sites
de même l’idée d’une coordination nationale a été lancée par l’AG départementale de Lyon (voir leur site : http://mobilisation69.free.fr/ ) mais une participation de l’AG parisienne n’a pas été voté formellement, juste l’envoi d’un mandaté pour faire passer l’information sans participation à des votes éventuels
au dernière nouvelle cela devrait être le samedi 24 janvier donc possibilité d’en parler en AG d’arrondissement et/ou le 21 (selon la forme définitive). voilà le texte d’appel :

L’AG départementale des collectifs de parents et d’enseignants du Rhône (08/01/09) propose une AG NATIONALE des collectifs de parents et d’enseignants à Lyon en Janvier (prévue le 24).
OBJECTIFS - rendre visible sur les médias nationaux la mobilisation - provoquer une négociation
ENVOYEZ VOS CONTRIBUTIONS sur : agnationale@yahoo.fr

Sur les textes de refus, il peut être signé individuellement ou par l’équipe d’une école, à envoyer à l’inspecteur d’académie, un dépôt collectif est prévu le mercredi 21 janvier avec l’intersyndicale.

Divers textes peuvent être faits : des exemples...

1. Face au démantèlement de l’école publique de la maternelle à l’université et à sa privatisation à marche forcée, un important mouvement d’enseignants, de parents d’élèves, de lycéens, d’étudiants se développe.

Nous nous élevons contre :
- La suppression de milliers de postes d’enseignants et en particulier celle des 3000 postes de RASED
- La suppression d’heures d’enseignement à tous les élèves réduisant l’apport culturel au strict minimum.

Dans les écoles primaires :
- La destruction des RASED structure spécialisée dans l’aide aux enfants en grande difficulté.
- Les évaluations de CE1 et de CM2 inopérantes pour déterminer les difficultés scolaires et dont le seul but est de mettre les écoles et les collègues en concurrence (400 €uros de prime pour les enseignants de CE1 et CM2).

Aujourd’hui, des centaines d’écoles et d’établissements, dans le cadre institutionnel ou non, ont déjà pris position contre les réformes Darcos, tant sur la modification des horaires de l’école que sur la conception modulaire des enseignements au lycée.

Nous, enseignants de Paris, exprimons notre colère en résistant collectivement.

Face à la mobilisation massive des enseignants et des parents, le ministère ne répond que par le mépris et l’intransigeance.
Devant une telle attitude, nous déclarons publiquement que nous n’appliquons pas les mesures Darcos :
Nous ne mettons pas en place les 60h de « soutien », ni les « stages de remises à niveau ».

Croyez, Monsieur l’inspecteur, en notre attachement à la défense de l’école publique.

2. Autre exemple de lettre :

Prénom(s) NOM(S)

PE. Institutrice(s)/instituteur(s)

ou Conseil des Maîtres

École ....

75 0....

le 21 janvier 2009

à l’attention de monsieur l’inspecteur d’académie
de Paris chargé du 1er degré

Comme la plupart des enseignants du premier degré de Paris et d’autres départements, je refuse de participer à la déconstruction du système éducatif de notre pays et à sa marchandisation.

C’est pourquoi j’ai décidé, en toute responsabilité de :

- Ne plus assurer “l’aide personnalisée” telle qu’elle est demandée
aujourd’hui en dehors du temps scolaire commun à tous les enfants alors
même qu’on supprime les postes du RASED.

Pendant mon temps de service, je continuerai à mettre en place des dispositifs destinés à tous mes élèves, à prendre en charge les enfants en difficulté au sein de la classe et en lien avec les membres du RASED.

- Ne participer à aucune animation ou formation destinée à favoriser la mise en place de ces réformes.

Je ne me porterai donc pas volontaire pour les stages de remise à niveau pendant les vacances et je ne participerai pas à la mise en place de ce dispositif. Je continuerai à travailler solidairement et en équipe avec mes collègues.

Monsieur l’inspecteur d’académie, au-delà de vous c’est au ministre que nous nous adressons pour exiger le retrait de ces mesures qui sont des contre réformes. Notre action l’inscrit dans une action collective de dépôts de lettres du même type et nous avons décidé d’agir publiquement car vous n’ignorez pas que, rien qu’à Paris, nous sommes plusieurs centaines à geler l’aide personnalisée.

Nous faisons ce choix avec l’objectif de construire une école laïque,
coopérative et solidaire pour la réussite de tous.

Veuillez recevoir, Monsieur l’inspecteur, l’assurance de mon (notre)
attachement au service public d’éducation.


Annonces

Solidarité


JPEG
PNG

PNG