29 janvier : grève public/privé ! 30 janvier : amplifions la mobilisation !

Départ de la manifestation à 14h de Bastille vers Saint-Augustin.
lundi 26 janvier 2009
par  sud75
popularité : 4%

Deux rendez-vous SUD-éduc Paris sont prévus place de la Bastille :
- Un rendez-vous interpro devant la FNAC Bastille dans le cortège Solidaires avec SUD-Rail, SUD-Etudiant, etc., et les autres Sud-éducation d’Ile-de-France.

- Un rendez-vous « parents-enseignants contre les mesures Darcos » à l’appel de plusieurs AG d’arrondissements parisiens, sur le terre-plein entre le boulevard Richard-Lenoir et la rue de la Roquette (bouche du métro, sortie rue de la Roquette)

Une AG des enseignants parisiens du 1er degré aura lieu à 10h à la Bourse du travail, 3, rue du Chateau d’eau.
Après la manifestation, une AG intercatégorielle régionale est appelée vers 17h30 aussi à la Bourse du travail (grande Croizat).

Depuis la rentrée de septembre 2008, les mouvements se multiplient contre la politique de régression du gouvernement dans l’Education.
La mobilisation lycéenne a ouvert une première brèche avec le report d’un an de la réforme des lycées même si Sarkozy a non seulement confirmé sa mise en oeuvre mais aussi les 13500 suppressions de postes prévues à la rentrée 2009 (80000 prévues d’ici 2012).

Dans le premier degré, la mobilisation des enseignantEs et des parents s’amplifie.
Remise en cause des RASED, stigmatisation des enfants dans l’aide dite personnalisée, mise en place des EPEP, fichage des enfants dans base-élève, suppression programmée de la petite section de maternelle...

Dans les universités, les enseignantEs mobiliséEs contre la réforme du statut d’enseignant-chercheur depuis plusieurs semaines, ont lancé un mot d’ordre de grève illimitée national pour le 2 février ; certaines facs sont bloquées.

Les actions contre la suppression des IUFM et la formation initiale des enseignants se sont multipliées avec le refus de la mise en place de la mastérisation. Les administratifs des universités sont aussi touchés de plein fouet par les conséquences de la LRU (suppression de postes, précarisation du statut) comme le sont les personnels et étudiants des IUT, en lutte depuis un mois.

La situation des personnels ouvriers se dégrade depuis que l’Etat et les collectivités territoriales cassent leur statut en poursuivant la mise en place de la privatisation de l’ensemble des missions de l’éducation.

Les dernières annonces de Darcos sur les 5000 emplois précaires (en contrats aidés) dits de médiation vont encore accroître le nombre de précaires surexploités et sous-payés.

Le moment est donc favorable pour mettre tous secteurs confondus un coup d’arrêt à cette politique de destruction du service public d’éducation.

Alors que la crise touche durement les salariéEs, les chômeurSEs et les précaires, alors que des milliards ont été trouvés pour sauver les banques, nous n’avons pas à payer la crise du système capitaliste !
A nous de continuer les mobilisations, tous secteurs confondus en faisant le lien avec les autres salariéEs du public et du privé en participant massivement à la grève interprofessionnelle du 29 janvier pour l’emploi, les salaires, la santé et les services publics, les retraites et l’Education.

Mais un seul jour de grève ne suffira pas. Construisons la mobilisation à la base en multipliant les actions locales et les AG interprofessionnelles !
Mettons à l’ordre du jour la reconduction de la grève !

Nous revendiquons :
- L’abandon des 13500 suppressions de postes pour 2009 ;
- la création des postes nécessaires notamment par le retour des dizaines de milliers de postes supprimés ces dernières années ;
- l’abrogation des décrets Darcos (60h, nouveaux programmes, SMA, etc.) de destruction de l’école primaire et l’arrêt de l’application « base-élèves » ;
- le retrait de la contre-réforme Darcos du lycée ;
- l’arrêt de la contre-réforme des lycées professionnels (suppression des BEP et généralisation du bac pro en 3 ans) ;
- l’arrêt des sanctions administratives ou judiciaires contre les acteurs du mouvement lycéen et enseignant ;
- le réemploi et la titularisation de tous les précaires sans conditions ;
- des créations massives de postes d’ouvrierEs dans l’éducation nationale et refus de la privatisation ;
- la défense et l’amélioration des services publics : retrait de la RGPP et de la loi sur la mobilité (suppression de 200000 emplois/remise en cause du statut de la Fonction Publique) ;
- pas de revenus inférieurs à 1600 euros ;
- le retour à 37,5 annuités pour touTEs (privé et public) avec la garantie d’une retraite à taux plein à 60 ans.


Documents joints

Affiche à télécharger
Affiche à télécharger

Annonces

Solidarité

PNG - 42.9 ko
PNG - 16.7 ko
JPEG - 10.9 ko

PNG

PNG