L’IUFM de Paris en grève

vendredi 6 février 2009
par  sud75
popularité : 4%

Mardi 3 février enseignants, étudiants, stagiaires et personnels des IUFM étaient réunis aux Batignolles pour la nuit des IUFM, après une présentation de la réforme du recrutement des enseignants les débats ont abouti sur un appel à la grève et au blocage des deux sites dès le lendemain matin.

Le mouvement engagé par l’IUFM de Paris vient s’inscrire dans la lutte engagée plus largement dans l’enseignement supérieur.

La motion issue de la coordination du 2 févier reprend en effet en préalable à toute négociation le retrait de la réforme de la formation et du recrutement des enseignants du premier et du second degré.

Il y a de toute évidence une corrélation entre l’intégration des IUFM aux universités puis leur disparition annoncée. Mais les conséquences de cette réforme sont destructrices à différents niveaux.

A terme ce sont les concours et les statuts de la fonction publique qui risquent de disparaître poussant les détenteurs de master métiers de l’enseignement à se vendre à des chefs d’établissements sans aucune garantie en terme de salaires ou de conditions de travail.

La bataille se joue également sur le terrain du salaire. Aujourd’hui les enseignants stagiaires sont rémunérés dès leur réussite au concours or dans le projet Darcos-Pécresse,ils seraient seulement indemnisés durant le stage en M2 avec une rallonge sur critères sociaux. Cela diffère donc l’entrée dans le système de cotisation sociale et long terme l’âge de départ en retraite.

Enfin, avec l’accélération du tri social généré par la L.R.U et un rapport récemment paru recommandant un filtrage plus poussé en licence 3, ce sont les étudiants des catégories les plus modestes de la population que vont être exclus de l’accès aux métiers de l’enseignement.

Sud éducation Paris rappelle ses revendications en matière de formation des maîtres

1- nous exigeons le retrait pur et simple du projet Darcos Pécresse, pas un simple moratoire : il n’y a rien dans ce texte qui représente une avancée significative.

2-pour SUD éducation, la licence doit rester le diplôme permettant aux étudiants de se présenter aux concours de recrutement.

3-il faut maintenir dans l’enseignement supérieur un institut spécifique de formation professionnelle des enseignants stagiaires reçus aux concours.

4 - nous revendiquons l’allongement de la formation professionnelle : deux années salariées pleines après l’obtention du concours pour poursuivre les apprentissages disciplinaires et acquérir des compétences didactiques et pédagogiques. Nous revendiquons la reconnaissance d’un meilleur niveau de qualification pour tous les enseignants, donc de meilleurs salaires : le master doit être délivré à la fin de la formation professionnelle. :

5-pour former les enseignants, il faut des formateurs de différentes catégories : enseignants-chercheurs, enseignants des premier et second degré, maîtres-formateurs...

Sur la base de ces revendications, SUD éducation appelle les enseignants, les stagiaires et les étudiants à s’engager dans l’action pour faire reculer les ministres et obtenir l’abandon du projet Darcos-Pécresse, véritable régression sociale et pédagogique : c’est l’avenir de l’Education qui est en jeu.

Accueil site Sud Éducation Paris


SITE IUFM PARIS EN GRÈVE


Annonces

Solidarité


JPEG
PNG

PNG