Le nouveau gadget de Darcos : les médiateurs de la « réussite scolaire »

mardi 24 mars 2009
par  Sud75
popularité : 4%

SUD Education Paris s’oppose au principe même de l’existence de médiateurs de la réussite scolaire. Il s’agit avant tout d’emplois précaires mal payés. Les missions font, d’autre part, doublon avec les missions des services de vie scolaire. Cependant le système est mis en place et SUD Education Paris ne peut abandonner à l’incertitude les personnels qui sont en cours d’enrôlement.

L’académie de Paris a choisi un certain nombre d’établissement dans lesquels elle « autorise le recrutement de médiateurs de la réussite scolaire. Ces médiateurs sont chargés de tenter de remédier à l’absentéisme chronique observé dans ces établissements.
Il s’agit de 80 établissements.

Les lycées professionnels et le SEP (section d’enseignement professionnel) des lycées sont concernés à l’exception de 14 d’entre eux, les collèges visés sont pour la plupart situés dans les 10ème, 11ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissements. Quelques lycées sont également visés (5).
Qui sont les médiateurs ? Comment sont-ils recrutés ? Quels sont leurs droits ?

Statut : Contrat Emploi Aidé (CEA).
Durée du contrat : Un an renouvelable une fois.
Recrutement : Choix des proviseurs et accord « obligatoire » des Conseils d’ Administration.
Public recruté : Non défini. Pas de condition d’âge.
Formation : 3 jours au recrutement puis 2 jours après quelques temps de terrain. C’est la DAFOR qui est chargée de cette formation.

Position dans l’établissement scolaire : tout en faisant partie du dispositif de vie scolaire, le médiateur ne participe pas aux conseils de classe.

Il doit effectuer ses activités vers les élèves absentéistes et leurs parents sans avoir à intervenir dans les autres rôles de l’équipe de vie scolaire (relevé des fiches d’absence, surveillance...). La mission des médiateurs est définie par le chef d’établissement mais le rectorat devrait envoyer une lettre d’encadrement pour éviter les abus locaux.

Position en droit : lorsqu’ils se déplaceront, les médiateurs auront une carte officialisant leur mission et leur appartenance au corps des médiateurs. Ils ne sont pas à l’heure actuelle considérés comme des travailleurs de type « assistant social » et ne sont pas assermentés.

Durée hebdomadaire de travail : 20 heures
Salaire net : Les médiateurs sont payés au prorata du SMIC soit environ 700 € par mois.
Durée hebdomadaire réel : il semblerait que les proviseurs puissent « proposer » jusqu’à 28 ou 35 heures en partant du principe que les médiateurs ne travaillant pas durant les vacances auraient à rattraper, durant le temps scolaire, les heures ainsi payées.
Heures supplémentaires : si le travail de visite chez les parents dépassent le temps de travail initial et doit se dérouler le soir il n’y aura pas de paiement d’heures supplémentaires.
Frais de transport : les lycées professionnels accueillent, à Paris, des jeunes de l’Ile de France et parfois de régions périphériques. Si un médiateur se rend chez l’un d’eux, qui paye ses frais de voyage ? Personne. Le rectorat part du principe que les médiateurs ne se déplaceront pas aussi loin.
Assurance : Les médiateurs, durant leur activité ont, en théorie, la même protection que les autres acteurs de l’Education Nationale.

Cette fiche est crée le 19 mars 2009 essentiellement à partir des réponses données à nos questions par le directeur et le secrétaire de l’académie de Paris lors du CTP du mercredi 18 mars 2009.

Document SUD Education Paris

Communiqué du 23/01/2009


Annonces

Solidarité


JPEG
PNG

PNG