Réforme des lycées : Un alibi pour plus de sélection, d’autoritarisme et de suppressions de postes !

jeudi 10 décembre 2009
par  sud75.
popularité : 2%

Réforme des lycées :
Un alibi pour plus de sélection,
d’autoritarisme et de suppressions de postes !

Sélection, renforcement des pouvoirs hiérarchiques, installation des petits chefs, suppressions de postes sont les objectifs des réformes qui concernent tous les personnels et tous les secteurs de l’éducation : suppression d’une année de bac pro qui pénalise les lycéens déjà écartés du lycée général, préapprentissage et options découverte professionnelle au collège, évaluations dans le premier degré…
L’évolution sociologique au cours du cursus scolaire et supérieur ne laisse aucun doute sur le tri social organisé par ceux qui gouvernent et qui souhaitent reproduire l’ordre social qui est le leur.

LA REFORME C’EST LA POURSUITE DE LA POLITIQUE DE SUPPRESSION MASSIVE DES POSTES :

- disparition de deux heures d’enseignement en moyenne dans toutes les sections (des heures dans les matières scientifiques en S, deux heures sur quatre de littérature en terminale L, l’HG en terminale S…). Moins d’heures par matières, c’est aussi plus de classes par enseignants, alourdissement des tâches commun à tous les personnels.
- suppression des dédoublements et des modules : ces heures « globalisées » sont laissées à l’appréciation des recteurs pour accompagner la suppression des postes, et des chefs d’établissements dans le cadre des « expérimentations » parallèlement source d’inégalités entre établissements.

C’EST LE TRI SOCIAL ET LE CONTROLE DES ELEVES :

- instauration de deux heures d’accompagnement-orientation par groupe de niveaux : d’un côté approfondissement et préparation à l’enseignement supérieur, de l’autre soutien et réorientations en LP : encore un accroissement des inégalités. Les enseignants qui devront assurer ces heures et prendront progressivement la place des Copsy, voient leurs fonctions se diversifier et leurs tâches se multiplier.
- la fusion des LV1 et LV2 en groupes de compétences permettra en plus de gonfler les effectifs.
- mise sous contrôle de la parole des lycéens : les délégués lycéens auront un guide de l’élu et les responsabilités prises au lycée et en dehors deviendront un élément d’appréciation dans le livret de compétences (la direction des lycées, qui n’hésite plus à faire intervenir la police au moindre blocage sera probablement chargée de cette "appréciation »)

C’EST LE RENFORCEMENT DES POUVOIRS HIERARCHIQUES :

La réforme vise à donner plus d’autonomie aux chefs d’établissements et aux recteurs en leur laissant la gestion d’une partie importante de l’horaire (Les heures « globalisées » issues de la suppression des dédoublements représentent le tiers des moyens horaires). Cette autonomie accentuera le recrutement sélectif des lycées, l’inégalité et la concurrence entre les établissements.
Les conseils pédagogiques, dont les membres sont désignés par la direction, véritable hiérarchie intermédiaire au service du chef d’établissement, décideront des groupes de compétences, de la notation des élèves, des expérimentations diverses et même des modalités de changement d’orientation des élèves. Des agents chefs pour les ouvriers décentralisés, des inspecteurs et maintenant des contremaîtres de la « liberté » pédagogique et de la mise au pas des équipes enseignantes !
Parallèlement, la création du master éducation et la diminution des postes au concours va alimenter un vivier d’enseignants précaires recrutés à master 2 auxquels les chefs d’établissement pourront faire signer des contrats à géométrie variable. Avec la contractualisation massive des enseignants, les chefs d’établissement auront dorénavant la possibilité de jouer sur l’embauche des profs, comme c’est déjà le cas pour certains avec les postes spécifiques académiques ainsi que pour les AED, les personnels en contrats aidés (CAE, CAv), sans oublier les personnels techniques qui subissent l’entretien d’embauche. Cette politique est globale dans la fonction publique qui compte déjà plus de deux millions de contractuels.
Enfin pour compléter ce tableau, les enseignants pourront assurer des "stages passerelles" pendant les vacances, comme c’est déjà possible en langue, et ainsi allonger leur temps de travail !

Chatel, ce n’est décidément pas différent de Darcos. Comment cela pourrait-il l’être puisqu’il s’agit toujours et encore de trier, de sélectionner et de répondre aux priorités économiques du moment.

Sud éducation se bat pour une école débarrassée de toute influence patronale,
sans filières sélectives, une école polytechnique, laïque et gratuite pour tous.


Documents joints

tract réforme des lycées
tract réforme des lycées

Annonces

Solidarité

PNG - 42.9 ko
PNG - 16.7 ko
JPEG - 10.9 ko

PNG

PNG