Appel de salarié-e-s pour amplifier la lutte

Prochaine AG : Rendez-vous le mardi 5 octobre à 18h00 pour préparer la suite au bout de la voie 2 à Gare de l’est.
jeudi 30 septembre 2010
par  Sud75
popularité : 8%

Réunis suite à une proposition de cheminots de la Gare de l’Est et d’enseignants du 18ème en grève le 23 septembre dernier, nous, 90 salariés du rail, de l’éducation, de la Poste, salariés de PME de l’agroalimentaire, de l’informatique, chômeurs, retraités, étudiants, syndiqués et non syndiqués,

Pensons que la casse de nos retraites n’est ni négociable ni amendable, et que le projet du gouvernement doit être intégralement retiré.

Mais que cette attaque en cours contre nos retraites n’est que l’arbre qui cache la forêt : avec la crise du capitalisme, ce sont nos vies et celles de nos enfants, en termes de santé, d’éducation et d’emploi qui risquent d’être remises en cause.

Nous voulons que le retrait du projet gouvernemental permette d’exiger une répartition plus juste des richesses, en augmentant les salaires, en baissant la durée des cotisations, en cessant les exonérations de charges et toutes les subventions publiques accordées au patronat depuis des années, qui ont creusé délibérément le déficit des caisses de retraites, de la sécu et de l’assurance chômage, et ce, quels que soient les partis au pouvoir. Que nous soyons salariés, chômeurs, précaires, travailleurs sans-papiers, ces questions nous concernent tous.

Nous pensons que ce n’est pas en suivant la stratégie de l’intersyndicale, qui nous mène droit dans le mur, que nous pourrons faire reculer le gouvernement et le patronat. L’intersyndicale répète les mêmes vieilles recettes, celles de 2003, de 2007, de 2009, avec des journées d’action sans lendemain et des grèves catégorielles.

Nous pensons que seul un blocage offensif de l’économie peut nous permettre de faire plier le gouvernement : la question de la grève générale se pose.

Sur ces bases, nous pensons que nous devons décider nous-mêmes de nos revendications, de nos modes d’action et de notre agenda. Organisons-nous localement, sur nos lieux de travail et dans nos quartiers en AG souveraines, pour construire notre lutte, pour retrouver la joie et le temps de nous rencontrer, de discuter et de décider notre avenir ensemble.


Annonces

Solidarité


JPEG
PNG

PNG