TZR, un pas de plus vers la précarité ! / SUD Éducation appelle à se rassembler devant le rectorat le 7/09 à partir de 8 heures 30

lundi 5 septembre 2011
par  sud75
popularité : 8%


Cet été, les TZR de l’académie de Paris ont eu la désagréable surprise de recevoir un courrier dans lequel la secrétaire générale de l’académie tentait d’imposer un certain nombre d’ « innovations », en contradiction flagrante avec les textes en vigueur.

Elle invente, en dehors des périodes de suppléances, une obligation de service de 35h, pendant lesquelles les taches confiées ne seraient plus obligatoirement pédagogiques. Le rectorat espère ainsi pallier aux manques de secrétaires et de surveillants qu’ils refusent de recruter depuis plusieurs années ?

Ce courrier entérine également les remplacements hors disciplines, qui sont de plus en plus fréquents ces dernières années.

Autre nouveauté : les enseignants sont priés de rejoindre leur affectation sur une simple demande du chef d’établissement sans attendre l’arrêté d’affectation, et d’accepter tous les remplacements internes (« De Robien »). Cette gestion locale, outre le renforcement de l’arbitraire et du pouvoir des chefs, permet d’accompagner les suppressions de personnels administratifs du rectorat.

Or les décrets de 50 et de 99 sont très clairs : les taches confiées sont obligatoirement de nature pédagogique et limitées à l’ORS du corps de l’agent (15h ou 18h). Elles s’interrompent dès que l’agent est affecté hors de l’établissement de rattachement (même à temps incomplet). C’est le recteur qui affecte les agents (par arrêté).

Si vous vous voyez imposer des taches ou des affectations en contradiction avec vos droits, nous vous encourageons à ne pas rester isolé en organisant la solidarité au sein de votre établissement et en contactant SUD éducation afin de faire respecter vos droits.

Les représentants de SUD éducation interpelleront le recteur et la secrétaire générale lors du CTP du 7 septembre et exigeront l’abandon de ces consignes.

RASSEMBLEMENT LE JOUR DU CTP

MERCREDI 7 SEPTEMBRE 2011

À PARTIR DE 8h30

DEVANT LE RECTORAT

94 AV. GAMBETTA 75020

(métro Saint - Fargeau)

(P.1)


Qu’ils payent leurs crises !

Un emploi pour toutes et tous,

réduction du temps de travail,

salaire minimum à 2000 euros nets tout de suite !

État et employeurs publics et privés se livrent au vandalisme !

Non à la privatisation des services publics et à la casse de l’emploi !

16 000 suppressions de postes dans l’éducation, fermeture d’entreprises et chômage massif, prime à la performance et salaire au mérite, individualisation des parcours et des carrières, tri et fichage des élèves et des salariés, autonomie et mise en concurrence des établissements scolaires et des universités, renforcement des hiérarchies et arbitraire, multiplication des tâches, alourdissement des charges de travail et allongement du temps de travail... nous n’en voulons pas ! Travailleurs du public et du privé, même combat !

Voleurs !

La bataille pour les super profits, c’est la crise pour les salariés

Alors que plus de 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté et que beaucoup d’autres doivent aussi se serrer la ceinture pour survivre, la guerre financière bat son plein entre les plus riches. Plus les profits sont importants, plus ils se battent pour se les accaparer, plus ils parlent de crise pour imposer l’austérité aux salariés et les saigner jusqu’à la dernière goute !

Il y a largement de quoi s’indigner.

Révoltons nous !

Au moment où toutes les catégories de personnels de l’éducation et des autres services publics en voie de privatisation, subissent comme les salariés du secteur privé une difficile dégradation de leurs conditions de travail et voient leurs salaires diminuer, c’est plus qu’une simple journée de protestation fin septembre pour les uns, suivie d’une autre en octobre, qu’il faudra pour bloquer cette politique anti sociale.

Les peuples en lutte sont plus forts que les tyrans !

Les salariés unis peuvent renverser le rapport des forces en leur faveur.

De leur société en guerre pour leurs profits, nous n’en voulons pas !

Tous ensemble, mobilisons-nous pour travailler toutes et tous, pour travailler moins et vivre mieux !

(P. 2)


Documents joints

Tract (recto) à afficher et diffuser largement<s
Tract (verso)

Annonces

Solidarité

PNG

PNG