EN GRÈVE ET MANIFESTATION LE MARDI 12 FEVRIER 2013 !

vendredi 8 février 2013
par  sud75
popularité : 4%

TOUS À LA MANIFESTATION !

DÉPART À 14H30 DE LA PLACE EDMOND ROSTAND (RER LUXEMBOURG OU M° ODÉON)

LA RENTRÉE 2013 S’ANNONCE TOUT AUSSI CATASTROPHIQUE QUE LES PRÉCÉDENTES.

Les quelques moyens supplémentaires attribués dans les DHG , bien insuffisants pour compenser l’importance des pertes des années passées, couvrent tout juste l’augmentation des effectifs annoncée pour la rentrée prochaine. Ces DHG ne permettront en rien de diminuer le nombre d’élèves par classe en hausse constante depuis de trop nombreuses années.

Malgré cette hausse croissante des effectifs, aucune création de postes n’est envisagée dans les secrétariats, infirmeries, services sociaux et généraux des établissements déjà sous-dotés en personnels.

Les conditions de travail des personnels se détériorent d’année en année, et la privatisation déjà bien avancée, notamment dans l’entretien des locaux et la restauration scolaire aggrave encore la situation. Les salaires sont programmés à la baisse et la précarité et le chômage à la hausse. Les salaires sont encore bloqués pour une année supplémentaire et les seuls projets annoncés par le gouvernement développent la précarité : 150 000 emplois d’avenir doivent être créés, ils seront tous précaires !

ON ASSISTE À UNE DÉGRADATION GÉNÉRALE ACCÉLÉRÉE. L’ÉCOLE PEILLON, C’EST L’ÉCOLE DES PATRONS !

Dans le premier degré, la réforme des rythmes scolaires cache mal la volonté de faire travailler plus et dans de plus mauvaises conditions l’ensemble des personnels, enseignants, animateurs, Atsem et élèves.

Avec la carte des formations attribuée aux régions et le système d’orientation décentralisé, c’est plus de pouvoir assuré aux potentats locaux élus et patronaux. C’est aussi moins de formation générale, plus de tri social et d’employabilité des jeunes à qui il faudra apprendre à se vendre pour être flexibles.

L’acte III de la décentralisation territorialise le service public d’éducation pour le casser, et l’orientation, l’enseignement professionnel, l’école en général, passent plus directement sous la coupe du patronat local.

Les agents techniques des établissements ont été décentralisés dès 2003, les COP le sont aujourd’hui, demain les PLP ?

Dans les lycées généraux et technologiques, la réforme sarkoziste, loin d’être abandonnée, continue à se mettre en place, que ce soient les conseils pédagogiques, véritables hiérarchies intermédiaires à la solde des chefs d’établissement, les nouvelles épreuves de langues vivantes au bac, la diminution du nombre de postes ou l’augmentation du nombre d’élèves par classe...

À tous les niveaux, c’est la poursuite de l’école du socle et du LPC  !

Le projet Peillon n’améliore ni les conditions d’apprentissage des élèves, ni les conditions de travail des personnels. Il vise dans son ensemble, à faire entrer encore plus les collectivités territoriales et les entreprises dans l’école et tous les personnels des différents secteurs de l’éducation sont concernés.

SUD ÉDUCATION PARIS REVENDIQUE :

> le retrait des projets Peillon (décret sur les rythmes scolaires dans le 1er degré, loi d’orientation sur l’école) ;

> une école égalitaire, libérée de la mainmise patronale ;

> la création massive de postes de titulaires à la hauteur des besoins exprimés par les personnels et la baisse des effectifs ;

> la titularisation sans conditions de tous les personnels ;

> l’augmentation des salaires : pas de revenu inférieur à 2000 euros ;

> la suppression des journées de carence ;

> un corps unique (même statut, même salaire quelle que soit la fonction).


Documents joints

Tract à télécharger
Tract à télécharger

Annonces

Solidarité

PNG - 42.9 ko
PNG - 16.7 ko
JPEG - 10.9 ko

PNG

PNG