Rythmes scolaires : arrêtons le massacre !

Communiqué de presse
mercredi 13 novembre 2013
par  Sud éducation Paris
popularité : 12%

Grève des écoles le 14 novembre, SUD Education appelle à reconduire la grève pour la suspension immédiate de la réforme à Paris et l’abrogation du décret Peillon !

Vincent Peillon a tenu à annoncer aux médias avant les grèves qui ont lieu cette semaine que tout allait bien dans les 17 % de communes qui ont mis en place sa réforme des rythmes scolaires depuis la rentrée.

De qui se moque-t-on ?

Non, contrairement à la propagande ministérielle, cela ne se passe pas bien, ni à Paris, ni à Grenoble, ni à Nantes, ni même à Toulouse pour parler des grandes villes et cela ne se passe pas bien non plus dans les communes rurales où deux villes ont déjà suspendu l’application du décret !

Non, les « recommandations » du ministre sur les maternelles, qui prennent les enseignant-es pour des imbéciles, ne changeront strictement rien à ce qui se passe actuellement pour les plus jeunes !

Non, l’année prochaine, les 80 % de communes restantes ne vont pas pouvoir financer et mettre en place cette réforme qui crée de graves inégalités de traitement sur le territoire, encore moins les années suivantes lorsqu’il n’y aura plus les subsides du ministère !

Oui cette réforme bâclée a été mise en œuvre contre l’avis des personnels : ATSEM, ATE, animateurs-trices, gardien-nes, enseignant-es ! La majorité des parents d’élèves y est aujourd’hui opposée.

Et oui cette réforme va à l’encontre des intérêts de l’enfant, des intérêts de l’école et de tous ses personnels !

Il faut que cela cesse !

C’est pourquoi les personnels enseignants e non-enseignants des écoles seront massivement en grève jeudi 14 novembre à Paris (manifestation à 13 h de l’Hôtel de Ville au ministère de l’éducation nationale), mais aussi dans les autres départements.

Le jeudi 14 novembre sera le coup d’envoi d’une mobilisation interprofessionnelle, unitaire et déterminée pour obtenir la suspension de la réforme des rythmes là où elle a été imposée cette année et l’abrogation du décret Peillon du 24 janvier 2013.

Pour atteindre ces objectifs, une journée de grève ne suffira sans doute pas.

Sud éducation Paris, qui a déposé un préavis au-delà du 14 novembre, appelle d’ores et déjà les personnels à voter et s’engager dans la grève reconductible pour obtenir satisfaction !

Paris, le 12 novembre 2013


Annonces

Solidarité


JPEG
PNG

PNG