Tract d’appel du collectif AVS 75

Mobilisation du 24 juin
mardi 24 juin 2014
par  Sud75
popularité : 4%

Appel à un rassemblement unitaire le mardi 24 juin à 16h devant le rectorat

Nous, AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire), enseignant­e­s, du premier et du second degré en région parisienne, syndiqué­e­s et non­syndiqué­e­s, après une première mobilisation le 2 avril dernier, et une journée de grève le 27 mai, appelons les collègues, les syndicats et les parents d’élèves à un rassemblement unitaire devant le rectorat de Paris le mardi 24 juin.

Nous alertons sur la situation catastrophique de l’accueil des élèves en situation de han­ dicap dans les établissements du premier et du second degré, et dénonçons les conditions gé­ nérales de travail et la grande précarité dans laquelle se trouvent les AVS, qui s’inscrivent dans un mouvement de dégradation générale du service public de l’Éducation

Les annonces du ministère quant à une possible CDIsation après 6 ans minimum de contrats précaires (voire 11 ans) pour un salaire extrêmement bas (à partir de 600 euros net) ne font que confirmer le mépris pour cette profession et pour les personnes qui l’exercent.

Nous dénonçons :
-  La précarité générale du statut d’AVS : salaires en­dessous du seuil de pauvreté (rarement plus de 650 euros net actuellement), problèmes de paie récurrents, aucune indemnité de fin de contrat pour les CUI­CAE,
-  Des missions non définies assez clairement,
-  Les temps de formation obligatoires non rémunérés et non récupérés, non préalables à la prise de poste, ni reconnus ni valorisés,
-  L’absence de statut, et les difficultés rencontrées par certain­e­s d’entre nous avec les équipes enseignantes qui découlent de cette non­reconnaissance (certain­e­s d’entre nous ne sont même pas convié­e­s aux réunions concernant les élèves qu’ils­elles accompagnent !),
-  La non­prise en compte des relations construites avec les enfants, les mutations arbi­ traires en cours d’année,
-  Le non­remplacement des AVS absent­e­s (parfois plus d’un mois sans AVS en CLIS),
-  La fatigue due au cumul d’emplois : cantines, ARE ou garde d’enfants par exemple...,
-  Le nouveau décret AESH qui obligerait à attendre 6 ans au minimum pour un CDI rémunéré sous le seuil de pauvreté,
-  Les temps partiels imposés,
-  Le fait de faire 24h payées 20h pour les CUI­CAE (le rectorat de Paris fait travailler gratuite­ ment les salariés pour compenser soit disant les périodes de fermeture des écoles),
-  L’inquiétude en fin de contrat avec la peur récurrente de ne pas être renouvellé­e,
-  La pénurie de personnel AVS,
-  La discontinuité du service public entre les renouvellements de contrats des AVS (parfois 15 jours sans AVS en CLIS).

Nous revendiquons :

-  La titularisation de tou­te­s les AVS en poste, sans condi­ tion de concours ni de nationalité,

-  Une formation adaptée et rémunérée, qui aboutirait à l’ob­ tention d’un diplôme d’État de niveau 4,

-  La possibilité de signer des contrats à temps plein,

-  La revalorisation de nos salaires : un salaire décent qui n’oblige pas à cumuler d’autres emplois,

-  La création d’un statut réel et reconnu des AVS, correspon­ dant aux conditions d’exercice dans la fonction publique, et leur inclusion pleine et entière au sein des équipes pédago­ giques.

Nous, AVS et enseignant­e­s souhaitons créer et mettre en place des solidarités dans les éta­ blissements du premier et du second degré pour lutter contre cette précarisation de l’Éducation nationale.
Nous appelons les collègues, les syndicats et les parents d’élèves à nous rejoindre le mardi 24 juin, devant le rectorat de Paris, 94 avenue Gambetta, à 16h, pour créer les conditions d’un réel accueil des élèves en situations de handicap, correspondant aux objectifs de la loi de 2005.

Luttons ensemble pour obtenir de meilleures conditions de travail pour tou­te­s !

Collectif AVS 75
Soutenu par Sud Éducation Paris


Documents joints

Tract AVS 24 juin
Tract AVS 24 juin

Annonces

Solidarité

PNG - 42.9 ko
PNG - 16.7 ko
JPEG - 10.9 ko

PNG

PNG