Ni oubli ni pardon !

Après le meurtre de Rémi Fraisse, la répression continue !
jeudi 6 novembre 2014
par  Sud éducation Paris
popularité : 12%

Après le meurtre de Rémi Fraisse, la répression !

Depuis le mois de Septembre, à Sud éducation Paris, nous nous préoccupions de la situation au Testet dans la forêt de Sivens. Dès le mois de septembre Solidaires écrivait dans un communiqué de presse : « Il est impératif que les opérations policières cessent ! » Nos camarades de Sud éducation Tarn nous avaient envoyé des mails inquiétants, reçus le 12 septembre : « État de guerre dans le Tarn, en forêt de Sivens », parlaient d’un « enfermement des politiques dans une logique militaire » et relayaient un courrier adressé à Carcenac le président du conseil général du Tarn, signé par des universitaires et des enseignant-e-s du Tarn où l’on pouvait lire : « Nous sommes sidérés par le déploiement policier en forêt de Sivens où les cohortes de gendarmes mobiles font usage de tout l’arsenal (lacrymos, flashballs) face à des défenseurs de la zone humide du Testet, citoyens de tous âges ».

Que l’on ne nous parle pas de bavure ! Les violences policières sur le site depuis plusieurs mois étaient connues de toutes et tous ! Si stratégie de la tension il y a, elle est bel et bien du côté des forces de l’ordre et du gouvernement.

Après la mort de Rémi Fraisse, l’État a décidé de maintenir une présence policière complètement disproportionnée que ce soit dans le Tarn ou lors des manifestations qui ont eu lieu à Albi, Paris, Nantes, Toulouse, Dijon, etc... La stratégie du gouvernement est la répression ! Elle s’appuie sur une propagande qui vise à criminaliser toute opposition en utilisant le mot de « casseur » que ce soit dans les quartiers ou lors des manifestations. L’État choisit de plus en plus souvent d’interdire les manifs, celle du 2 novembre à Stalingrad à Paris avait été déposée mais interdite par la préfecture qui a envoyé des flics « visiter » au petit matin les deux personnes qui l’avaient déposée ! Des contrôles d’identité ont eu lieu dès le matin à Montreuil, aux stations de métro et les flics ont encerclé un lieu alternatif ! Il s’agit ni plus ni moins d’une politique de criminalisation de toutes celles et ceux qui s’opposent à tous les Grands projets inutiles et nuisibles, aux violences et à l’impunité policière, au capitalisme. Cette semaine, sur Paris, les flics ont contrôlé, embarqué, humilié, maltraité, fiché plus d’une centaine de personnes !

Nous ne pouvons laisser faire ! Sud éducation Paris dénonce toutes ces violences d’État et la répression en cours ! Nous réclamons l’arrêt de l’utilisation des armes dites non-létales qui blessent et qui tuent régulièrement ! Nous réclamons l’arrêt de ces grands travaux inutiles portés par le capitalisme !

Les armes de la police tuent !

Pour mémoire, voici une liste non-exhaustive des morts et mutilé-e-s à vie, suite à des tirs de flashball, depuis 2005 à Nantes et ailleurs :

-Moustapha, décédé à Marseille, 2010. Abou Bakari décédé un mois après une garde à vue à Courbevoie, 2005.

- Mutilés à l’oeil : Sékou, 14 ans ; Jiade, 16 ans ; Pierre, 16 ans ; Maud , 24 ans ; Joan, 25 ans, Halil, 29 ans ; Alexandre, 21 ans , Bruno, 31 ans ; Joakim, 34 ans ; Guillaume ,23 ans ; Ayoub, 17 ans ; Nassuir, 9 ans ; Jimmy, 36 ans ; Florent, 21 ans ; John, 25 ans ; Fatouma, Salim, 14 ans ; Quentin, 31 ans ; Steve, 16 ans ; Quentin , 29 ans ; Damien, 29 ans ; Emmanuel, 25 ans ; Yann, 26 ans ; Davy, 34 ans.

-Daranka, 8 ans : 3 mois de coma et de graves séquelles, 2011.

-Fractures multiples du visage : Clément, mâchoire fracturées ; Nordine, joue perforée et mâchoire fracturées ; Geoffroy,défiguré, plusieurs fractures au visage ; Mohammad, 13 points de suture au front.

-Contusions cardiaques et pulmonaires sévères : S. 23ans, 2009.

-Des centaines de zadistes et / ou manifestant-e-s blessé-e-s par les forces de l’ordre armées ; Soigné-e-s hors institution ou par des « équipes médicales autonomes ». (NDDL, Testet, Décines…)

Ni oubli, ni pardon !!!!

Sud éducation Paris, le 03-11-14


Annonces

Solidarité


JPEG
PNG

PNG