Pédagogies alternatives et syndicalisme d’émancipation

jeudi 12 février 2015
par  Sud éducation Paris
popularité : 3%

Les 26, 27 mars (à la Maison des syndicats de Créteil) et le 28 mars 2015 (au CICP, 21 rue Voltaire à Paris)

A l’école et dans la société : Quelles classes ?

Afin de poursuivre, d’approfondir et d’élargir la dynamique collective initiée par le stage « Subvertir la pédagogie » de janvier 2014, la CNT-FTE, la CNT-SO, SUD Éducation, le GFEN Île de France, Questions de classe(s) et N’autre école (liste non définitive) renouvellent l’expérience en proposant un stage syndical sur temps de travail les jeudi 26 et vendredi 27 mars 2015 à la maison des syndicats de Créteil, qui sera prolongé par la première journée « Z.A.D. À l’école ! » consacrée aux luttes pour une éducation émancipatrice (salon, tables rondes, forums) le samedi 28 mars au CICP à Paris.

  • Lutter contre la logique inégalitaire de l’école capitaliste

Inégalités sociales, inégalités d’accès aux pratiques culturelles et inégalités scolaires sont étroitement liées : Elles se génèrent et s’amplifient réciproquement. La démarche de l’école « de la République » qui consiste à classer, à hiérarchiser et à trier les élèves afin de les faire entrer dans les cases du salariat est intrinsèquement inégalitaire. Elle est accentuée par la récente réforme des rythmes scolaires et la logique du socle commun, ainsi que par le recul de l’éducation populaire.
En posant la question « A l’école et dans la société, quelles classes ? », le stage a pour objectif d’inviter à réfléchir en quoi pédagogie et syndicalisme doivent permettre de « combattre l’école inégalitaire pour s’affranchir des dominations ». Il s’agira de construire ensemble des réponses aux problématiques suivantes : Comment remettre en question les hiérarchies qui marquent le milieu éducatif (adultes / enfants, parents / enseignant-e-s, hiérarchie institutionnelle, groupes sociaux et culturels minorisés...) ? Comment lutter contre les inégalités auxquelles nous faisons face dans notre quotidien (inégalités d’accès aux pratiques culturelles, inégalités économiques, sociales, territoriales, inégalités liées aux handicaps...) ?

  • Construire une école de la liberté

Aux antipodes des logiques scolaires actuelles qui visent à mettre les élèves en conformité avec l’ordre social établi, l’école doit montrer que la vie est une aventure qui reste à inventer. L’invitation à « créer pour exister » et la question de « créer sa place dans la société » sont des attitudes socialement marquées car très liées aux inégalités sociales d’accès à la culture. Une école émancipatrice est une école qui doit permettre à toutes et tous de développer sa créativité afin de construire son autonomie et de briser les déterminismes sociaux.
Dans le climat actuel de crise où l’on voudrait nous faire croire qu’« il n’y a pas d’alternative », nous devons faire vivre le projet d’une autre école pour une autre société et nous réapproprier concrètement la revendication de l’égalité afin d’empêcher sa récupération par les réactionnaires et les fascistes de tous poils. Dans une perspective plus large, le stage vise à mettre en débat les dimensions politiques des pratiques de classe et du travail d’éducateurs/trices dans lequel nous sommes engagé-es en confrontant le projet politique de l’école telle qu’elle est aujourd’hui au regard de celui de l’école émancipatrice que nous défendons.

Important : si vous êtes interessé-e, vous devez envoyer l’autorisation d’absence auprès de votre inspecteur-trice avant vendredi 13 février !!


Annonces

Solidarité

PNG

PNG