Toutes et tous en grève jeudi 12 février 2015 !

jeudi 12 février 2015
par  Sud éducation Paris
popularité : 8%

Le jeudi 12 février le collectif AVS-75 a lancé un appel à la grève, soutenu par le syndicat Sud éducation Paris.

Si vous voulez être tenu-e-s au courant des prochains rendez-vous du collectif AVS 75, vous pouvez envoyer un mail à l’adresse suivante : collectif.avs75@yahoo.fr

Soyons nombreux et nombreuses en grève le 12 février.

A 17h30, assemblée générale ouverte à tous les AVS AESH, grévistes et non-grévistes, pour poursuivre la mobilisation à la Bourse du travail, 3 rue du château d’eau, salle Eugène Varlin (métro république).

Le collectif AVS-75 revendique :

La titularisation de tou.te.s les AVS en poste, sans condition de concours ni de nationalité.

La possibilité de signer des contrats à temps plein.

La revalorisation de nos salaires : un vrai salaire qui n’oblige pas à cumuler d’autres emplois.

La création d’un statut réel et reconnu des AVS, correspondant aux conditions d’exercices dans la fonction publique, et son inclusion pleine et entière au sein des équipes pédagogiques.

Parce que nous n’avons accès à aucune formation sérieuse ayant une réelle utilité et donnant accès à des équivalences en terme de diplômes. Que les formations nous sont présentées comme « obligatoires » mais ont souvent lieu hors du temps de travail (par exemple le samedi) et ne nous sont pas rémunérées.

Nous revendiquons :

Une formation adaptée et rémunérée, qui aboutirait à l’obtention d’un diplôme d’état de niveau 4.

Parce que nos conditions de travail sont de plus en plus dures : retards (voire absence) de paiement des salaires ou de remboursement de titres de transports, contrats non signés à temps, problèmes de renouvellement, mutations arbitraires, absence complète de légitimité au sein des équipes éducatives, problèmes de pauses, pressions, harcèlement, etc. Nous sommes de plus en plus amenés à prendre en charge les manquements du rectorat qui n’affecte pas le nombre d’AVS suffisant, ceci au détriment des élèves. Tous ces problèmes rythment notre quotidien et il n’y a aucune prise en compte des difficultés que nous rencontrons sur le terrain, seulement du mépris.

Parce que nous n’obtiendrons rien en étant isolé.e.s, chacun.e dans son établissement, mais qu’ensemble, tous et toutes uni.e.s dans la lutte et par la lutte nous pouvons gagner sur ces revendications et améliorer nos conditions de travail.

Parce qu’à l’éducation nationale nous ne sommes pas les seuls dans cette situation. Les contrats précaires se multiplient. Nous revendiquons : assistants d’éducation, assistants pédagogiques, agents, techniciens, administratifs, profs non titulaires, auxiliaire de vie en faveur du personnel...

Ce sont nos luttes qui ont construit nos droits.


Annonces

Solidarité

PNG

PNG