Journal n°276 - septembre/octobre 2017

Augmenter la pression !
jeudi 21 septembre 2017
par  Sud éducation Paris
popularité : 5%

Au sommaire :
- contre les ordonnances Macron, contre la loi des patrons
- les CP à 12 : l’esbroufe de la rentrée
- CUI CAE : au revoir et merci
- Vous avez dit PPCR ?
- Non à l’état d’urgence permanent
- Évaluation, piège à ...

Édito :

Augmenter la pression !

La grève du mardi 12 septembre a permis d’envoyer un premier avertissement à Macron : malgré tous les efforts déployés pour mettre en avant le « dialogue social » et pour endormir la contestation en lâchant des miettes aux syndicats « responsables », des dizaines et des dizaines de milliers de personnes ont battu le pavé pour dire non au traitement de choc que nous prescrit ce gouvernement avec ses ordonnances antisociales. Et ce n’est qu’un début...
Le succès de cette première journée de mobilisation nous encourage à continuer et à augmenter la pression : réussir à réunir autant de mécontent-e-s dans la grève et dans la rue à une date aussi précoce, malgré un front syndical désuni, c’est le signe qu’il existe une vraie opposition à la politique tchatchérienne du nouveau PDG de la France.
Cette opposition, il faut maintenant lui donner l’occasion de s’exprimer de plus en plus fort en inscrivant dans l’agenda d’autres jours de grève et, surtout, en allant à la rencontre des collègues, des habitant-e-s du quartier, des ami-e-s pour les convaincre de se lancer dans la bataille.
L’enjeu est clair : il s’agit d’enraciner et d’étendre la mobilisation pour faire mieux qu’au printemps 2016 contre la loi travail. Nous devons faire basculer le rapport de force en notre faveur et, pour cela, nous devons toucher le gouvernement et les patrons au portefeuille, là où ça fait mal.
Bien sûr, en tant que travailleurs et travailleuses de l’éducation, nous n’avons pas la possibilté de bloquer la production ou d’empêcher les transports de fonctionner mais, en cessant le travail, nous entrons en résistance contre cette destruction scandaleuse de nos droits ; nous montrons que les fonctionnaires et les salarié-e-s du privé sont solidaires face aux attaques ; et nous installons la contestation dans le paysage.
Un bras de fer est engagé et faire reculer maintenant le gouvernement Macron, c’est le meilleur moyen d’empêcher les autres contre-réformes qui s’annoncent (retraites, assurance-chômage, statut des fonctionnaires, etc.).

télécharger au format pdf ici :


Annonces

Solidarité


PNG

PNG