Luttes sociales


Suivez aussi les sous-rubriques ci-dessous

Articles publiés dans cette rubrique

lundi 22 mai 2017
par  Sud éducation Paris

On ne se laissera pas marcher dessus ! [MIS À JOUR]

Avec l’élection de Macron, on sait déjà à quoi s’attendre : suppressions de postes, démantèlement de la protection sociale, destruction du droit du travail, marchandisation de l’ensemble de la société. Pour ce qui est de l’éducation, son projet est simple : tout numériser, tout libéraliser, tout précariser. Alors sans attendre les premières lois antisociales, préparons dès aujourd’hui la résistance !

mercredi 10 mai 2017
par  Sud éducation Paris

En Marche arrière ? Riposte sociale !

Matériel d’analyse et de mobilisation contre l’offensive libérale de Macron

jeudi 4 mai 2017
par  Sud éducation Paris

Une répression sans limites

Communiqué de Sud Éducation Paris suite à la manifestation du 1er mai.
SUD éducation Paris tient à dénoncer la répression policière qui s’est abattue, comme c’est désormais devenu la règle, sur le cortège de la manifestation du 1er mai 2017, entre la place de la République et la place de la Nation.

mardi 11 avril 2017
par  Sud éducation Paris

Manifestation contre le meeting du front national à Paris dimanche 16 avril 2017

Dimanche 16 avril, tou-tes contre le meeting du front national à Paris. La manifestation partira à 14h au métro 4 chemins - Aubervilliers pour aller en direction du métro Stalingrad.

dimanche 12 mars 2017
par  Sud éducation Paris

19 mars, toutes et tous dans la rue !

Dimanche 19 mars 2017, une marche « Pour la justice et la dignité » est appelée par les familles et proches des victimes de violences policières. SUD éducation Paris et l’Union syndicale Solidaires, aux côtés de nombreux collectifs et associations, appellent à s’y retrouver nombreux-euses !
La manifestation partira à 14h de Nation jusqu’à République.
Nous vous invitons à rejoindre le cortège Solidaires où les Sud Éducation d’Idf se retrouveront.

jeudi 9 mars 2017
par  Sud éducation Paris

Violences dans les établissements scolaires de Saint-Denis : « jusqu’ici tout va bien. »

Communiqué de Sud Éducation 93 que nous publions pour dénoncer la violence sociale et la misère qui poussent la jeunesse des quartiers à se révolter.

jeudi 2 mars 2017
par  Sud éducation Paris

Halte à la répression du mouvement lycéen ! Ce n’est pas en plaçant en garde à vue les élèves qu’on les fera taire !

Ci-joint le communiqué des lycéen-e-s et étudiant-e-s du Lycée Jules Ferry et celui des des enseignant-e-s et personnels éducatifs de la cité scolaire Honoré de Balzac.

lundi 27 février 2017
par  Sud éducation Paris

Nos droits contre leurs privilèges !

Le 26 février à Paris, la campagne unitaire « Nos droits contre leurs privilèges » a été lancée par l’occupation d’un bâtiment vide (appartenant à la Mairie de Paris et loué par la Chambre de Commerce) afin de reloger des familles et de créer un QG du mouvement social. L’action s’est terminée par une intervention policière avec évacuation mais cela ne fait que nous motiver plus encore !

mercredi 8 février 2017
par  Sud éducation Paris

Théo, Adama, on oublie pas on pardonne pas !

Nouveaux rassemblements aujourd’hui (12h à Tolbiac, 18h à Ménilmontant) en soutien à Théo, Adama et aux habitant-es de la ville d’Aulnay où dans la nuit de lundi à mardi la police a tiré à balles réelles. Ci-joint le communiqué de Solidaires RATP.
17 jeunes ont été déférés.
Théo est toujours à l’hôpital suite aux violences et au viol qu’il a subis.
Pas de justice pas de paix !

dimanche 29 janvier 2017
par  Sud éducation Paris

Rassemblement de soutien le lundi 6 février 2017 à partir de 13h place du Châtelet en soutien aux inculpé-es action Emmaus

Quatre personnes, dont une camarade de SUD Culture Solidaires, un camarade de SUD éducation Paris et une camarade de la Coordination des Intermittent-es et Précaires (CIP IdF), contactées par les réfugié-es d’un centre Emmaus étaient venu-es pour soutenir des migtant-es. Ils/elles ont été arrêtées et placées en garde à vue durant 48 heures puis déférées. Un 1er procès a eu lieu le 9 octobre 2015, sur une fausse accusation de séquestration de personnes et pour refus de prélèvement d’ADN.
Condamné-es, contre toute évidence, à 4 mois de prison avec sursis et à payer des dommages-intérêts à deux des cinq employé-es d’Emmaüs, ils/elles ont immédiatement fait appel de cette lourde condamnation.

Annonces

Solidarité